Tout l'univers dans un forum
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les galaxies à noyaux actifs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Véga_
Modératrice
Modératrice


Féminin Nombre de messages : 956
Age : 30
Localisation : Constellation de la Lyre
age : Agent de Service Hospitalier - 21 ans
Date d'inscription : 21/09/2004

MessageSujet: Les galaxies à noyaux actifs   Ven 5 Nov - 14:19

Il existe de nombreuses galaxies dont le comportement sort de l'ordinaire. Ces galaxies se distinguent par la présence en leur centre d'une région minuscule, appelée le noyau, dans laquelle une énorme quantité d'énergie est produite par des processus non nucléaires. Ces entités ont été baptisées galaxies à noyau actif ou simplement galaxies actives, et elles peuvent être classées en quatre catégories principales : les galaxies de Seyfert, les radiogalaxies, les blazars et les quasars. Nous allons passer en revue ces quatre types puis voir comment les astrophysiciens ont réussi à les comprendre à l'aide d'un modèle unique faisant appel à un trou noir supermassif.

Les galaxies de Seyfert

Dès le début de l'étude des galaxies, des objets qui possédaient des formes inhabituelles furent découverts. En 1943 par exemple, Carl Seyfert présenta un catalogue de galaxies qui avaient l'apparence de spirales normales, mais qui possédaient en leur centre une région extrêmement brillante dont l'éclat pouvait dominer celui de la galaxie tout entière. Depuis cette époque, plusieurs centaines de galaxies de ce type ont été découvertes.

Les images de ces galaxies montrent déjà que la luminosité centrale provient d'une région relativement petite, mais l'analyse des variations d'éclat va plus loin et prouve que le noyau doit en fait être minuscule. En effet, l'une des caractéristiques de ces galaxies est la grande variabilité de l'éclat de leur partie centrale. Cet éclat varie sur des périodes de l'ordre de plusieurs mois, ce qui nous apporte une information très importante sur la taille de la source. En effet, pour que les variations soit clairement visibles, il faut qu'elles affectent l'objet dans son ensemble. Il doit donc y avoir échange d'information entre les différents points du noyau. En conséquence, puisque toute communication se fait au mieux à la vitesse de la lumière, la taille de l'objet ne peut pas être supérieure à la distance parcourue par la lumière en quelques mois. On estime ainsi la taille du noyau à une fraction d'année-lumière, ce qui est minuscule par rapport à la taille d'une galaxie.

L'un des indices sur la structure des galaxies de Seyfert qui a servi dans l'élaboration d'un modèle général est l'existence de deux catégories différentes, qui se distinguent par la luminosité du noyau actif et l'aspect du spectre de la galaxie. Ainsi, les galaxies de Seyfert de type 1 présentent un noyau très lumineux et leur spectre contient à la fois des raies larges et fines, alors que les galaxies de Seyfert de type 2 ont une luminosité centrale moins marquée et uniquement des raies fines dans le spectre.

Les radiogalaxies

Les radiogalaxies constituent une deuxième catégorie de galaxies actives, un peu différente car dans ce cas le noyau central n'est pas spécialement visible. Ces galaxies, toujours elliptiques et souvent au centre d'un amas, se caractérisent par un rayonnement énorme dans le domaine radio, 10 000 fois supérieur à celui d'une galaxie normale. L'analyse de l'émission radio a montré qu'il s'agissait d'un rayonnement synchrotron, produit par des électrons extrêmement énergétiques se déplaçant dans un champ magnétique puissant. Les radioastronomes ont montré que ce rayonnement provient de deux régions gigantesques, appelées les lobes radio, situées de part et d'autre du plan galactique et qui donnent ainsi une structure double à la source. Ces lobes sont en général 10 fois plus grands que la galaxie elle-même et peuvent parfois atteindre plusieurs mégaparsecs. Ils apparaissent toujours reliés au noyau de la galaxie par des filaments ou des jets de matière. Ces jets, perpendiculaires au plan galactique, sont liés aux électrons qui sont éjectés du noyau et donnent naissance aux lobes radio.

Les blazars

La troisième catégorie de galaxies actives est celle des blazars ou objets BL Lacertae. Ces objets apparaissent ponctuels, très brillants et fortement variables, leur luminosité pouvant varier d'un facteur 100 sur des temps très courts, de l'ordre de quelques semaines. Une étude détaillée des blazars dans le domaine radio a montré que ces objets étranges sont probablement un cas particulier de radiogalaxies. Leur aspect particulier provient simplement du fait que la Terre se trouve juste dans l'axe des jets et des lobes radio. Cette explication est confirmée par l'observation de jets qui semble se déplacer plus vite que la lumière, une sorte d'illusion d'optique d'origine relativiste, qui ne peut se produire que si les mouvements de matière se produisent le long de notre ligne de visée. Le lien entre blazars et radiogalaxies a été confirmé par des observations à haute résolution qui ont montré que les blazars se trouvent au centre de galaxies elliptiques comme les radiogalaxies.

_________________
Véga, Déesse du Ciel Étoilé
Pose ta question au vent, il t'apportera la réponse
Revenir en haut Aller en bas
lyre_O
Modératrice
Modératrice


Nombre de messages : 165
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Les galaxies à noyaux actifs   Jeu 20 Jan - 20:32


Carl Seyfert présenta un catalogue de galaxies qui avaient l'apparence de spirales normales, mais qui possédaient en leur centre une région extrêmement brillante dont l'éclat pouvait dominer celui de la galaxie tout entière. Depuis cette époque, plusieurs centaines de galaxies de ce type ont été découvertes.

_________________
Qui si frotte si pique
www.fljcuisine.com


Dernière édition par le Lun 24 Jan - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
florent155
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 1364
Age : 31
Localisation : Châtellerault, à côté de poitiers!!!
age : Etudiant 20 ans
Date d'inscription : 16/12/2004

MessageSujet: Re: Les galaxies à noyaux actifs   Mar 9 Aoû - 5:24

@Véga_ a écrit:

[color=blue]Les blazars


La troisième catégorie de galaxies actives est celle des blazars ou objets BL Lacertae. Ces objets apparaissent ponctuels, très brillants et fortement variables, leur luminosité pouvant varier d'un facteur 100 sur des temps très courts, de l'ordre de quelques semaines. Une étude détaillée des blazars dans le domaine radio a montré que ces objets étranges sont probablement un cas particulier de radiogalaxies. Leur aspect particulier provient simplement du fait que la Terre se trouve juste dans l'axe des jets et des lobes radio. Cette explication est confirmée par l'observation de jets qui semble se déplacer plus vite que la lumière, une sorte d'illusion d'optique d'origine relativiste, qui ne peut se produire que si les mouvements de matière se produisent le long de notre ligne de visée. Le lien entre blazars et radiogalaxies a été confirmé par des observations à haute résolution qui ont montré que les blazars se trouvent au centre de galaxies elliptiques comme les radiogalaxies.

TU m'en a appris un eobne Véga... je connaissais pas ce type de galxie.. mais on n'en a répertorié combien de ce genre??? Smile I love you I love you Amour 5

_________________
http://excellsior.skyblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
florent155
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 1364
Age : 31
Localisation : Châtellerault, à côté de poitiers!!!
age : Etudiant 20 ans
Date d'inscription : 16/12/2004

MessageSujet: Re: Les galaxies à noyaux actifs   Mar 9 Aoû - 5:25

heu et les quasars alors?? Smile ;-)

_________________
http://excellsior.skyblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: Les galaxies à noyaux actifs   Mar 9 Aoû - 17:00

On en a détecté pas mal. Il existe une théorie unifiée des GNA, qui prennent un aspect différent selon l'angle sous lequel on le regarde.
Merci d'avoir posté ce nouveau topic, il m'apprend qu'en réalite blazar et BL Lacertae (on dit aussi lacertides) ne sont qu'une seule et même sorte d'objets.
Pour ma part je préfère BL Lacertae, ça fait moins "arme-laser-de-Captain-America" que "blazar".
"Blazar".... "Blazar".... Beurk.

Un jet en provenance directe du coeur de la galaxie géante M87 et BL Lacertae :
Revenir en haut Aller en bas
florent155
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 1364
Age : 31
Localisation : Châtellerault, à côté de poitiers!!!
age : Etudiant 20 ans
Date d'inscription : 16/12/2004

MessageSujet: Re: Les galaxies à noyaux actifs   Mar 9 Aoû - 18:58

loool
M 87 , si on m'aurai dit M87 en aurit fait parti j'aurai compriii :p :p

_________________
http://excellsior.skyblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: Les galaxies à noyaux actifs   Mer 10 Aoû - 0:06

Le fait que les radiogalaxies soient le plus souvent des elliptiques géantes est une conséquence de leur formation : les galaxies elliptiques géantes, telles M87, se forment en effet par fusion de plusieurs galaxies spirales pour la plupart (ce que deviendront la Voie Lactée et Andromède dans 4 milliards d'années). Leur trous noirs centraux peuvent fusionner, mais c'est surtout l'apport de matière sur ce trou noir, limité en temps normal (notre galaxie et calme) qui est exacerbé par toutes les perturbations du milieu galactique lors d'une fusion et provoque une indigestion du trou noir qui rejette le trop plein en deux lobes radio.
Revenir en haut Aller en bas
fiossi
Satellite
Satellite


Masculin Nombre de messages : 50
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: Les galaxies à noyaux actifs   Sam 6 Déc - 9:30

Les rayons gamma manifestent l’existence des phénomènes les plus extrêmes de notre Univers. Les objets célestes associés à ces phénomènes, mettant en jeu des quantités d’énergie inimaginables, sont le siège d’accélération de particules à très haute énergie. La liste de tels objets inclut les noyaux actifs de galaxie, les sursauts gammas, les vestiges de supernovae, les pulsars…
Les conditions physiques précises qui prévalent dans ces objets extraordinaires restent en grande partie à déterminer. Grâce à un gain en sensibilité d’un facteur 25 par rapport à la mission précédente, EGRET, GLAST devrait faire découvrir plusieurs milliers de sources de rayons gamma, décuplant ainsi le nombre de sources connues dans ce domaine. GLAST permettra d’étudier également en détail le rayonnement gamma diffus émis par les rayons cosmiques se propageant dans la Galaxie. La présence de matière noire sera aussi activement recherchée. Après une période d’un an, les données de GLAST seront mises à disposition de l’ensemble de la communauté scientifique internationale. La durée de vie prévue de la mission est de 5 ans, prolongeable à 10 ans.


Les rayons gamma étant absorbés par l’atmosphère, il est nécessaire de les détecter depuis l’espace, ce que fera le satellite GLAST à une altitude de 560 km. L’instrument principal, le LAT (Large Area Telescope), qui détectera les rayons gamma d’une énergie entre 30 MeV et 300 GeV explorera l’ensemble du ciel en trois heures grâce à son très grand champ de vue (20% du ciel à tout moment).

De nombreuses sources de rayons gamma étant variables, cette surveillance continuelle du ciel permettra d’alerter la communauté scientifique en cas d’éruptions. Le LAT est principalement composé de trois éléments: un trajectographe permettant de mesurer la direction des rayons, un calorimètre pour mesurer leur énergie et un système permettant de différencier rayons gamma et particules chargées du rayonnement cosmique qui constituent un bruit de fond indésirable. La technologie et les méthodes d’analyse sont similaires à celles employées en physique des particules, les énergies des particules détectées étant comparables. Un instrument secondaire, le GBM (Glast Burst Monitor) est dédié à la détection de l’émission de basse énergie (8 keV-30 MeV) des sursauts gamma.


La collaboration GLAST inclut la NASA et la DOE (Departement of Energy) du côté américain et des instituts de six pays (Etats-Unis, France, Italie, Japon, Suède et Allemagne). Côté français, cinq équipes y participent : trois équipes de l’IN2P3-CNRS (LLR, CENBG , LPTA4), une du CEA (IRFU/SAp5) et une de l’INSU-CNRS (CESR6). Le Laboratoire Leprince-Ringuet (CNRS/Ecole Polytechnique) a conçu et fabriqué la structure du calorimètre. Des équipes de l’IN2P3-CNRS ont étudié en détail la réponse du détecteur à différents types de particules, grâce à plusieurs tests sur accélérateurs, en particulier au CERN, et des simulations par ordinateur. Ces équipes ont développé des techniques d’analyse et d’étalonnage sophistiquées qui seront mises à profit lors du vol. Le groupe du CEA/SAp a fait l’étude de définition des détecteurs du calorimètre à laquelle une équipe du laboratoire Astroparticule et cosmologie, (APC, CNRS/Université Paris 7/CEA/Observatoire de Paris), a également contribué. Il est en charge de la détection des sources gamma pour en établir le catalogue et les identifier. Il est aussi responsable du modèle d’émission interstellaire. Le CESR contribue à l’identification des sources.
Revenir en haut Aller en bas
fiossi
Satellite
Satellite


Masculin Nombre de messages : 50
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: Les galaxies à noyaux actifs   Sam 6 Déc - 9:38

si une tel techonologie est mise en oeuvre , donc la planete tout entière pourais ètre rassurée!!?









Revenir en haut Aller en bas
fiossi
Satellite
Satellite


Masculin Nombre de messages : 50
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: Les galaxies à noyaux actifs   Sam 6 Déc - 9:40







si une tel techonologie est mise en oeuvre , donc la planete tout entière pourais ètre rassurée!!?




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les galaxies à noyaux actifs   Aujourd'hui à 0:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Les galaxies à noyaux actifs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vidéo documentaire "Galaxies"
» Découverte d'un amas de galaxies en formation, situé à 13,5
» Les galaxies ont vécu une période de collisions voici 6 milliards d'années
» Une pepiniere de Catholiques actifs, le Diocese de Toulon, grace a Mgr Rey
» Les Galaxies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue dans l'univers de l'Astronomie :: Astronomie :: Galaxies-
Sauter vers: