Tout l'univers dans un forum
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Saisons anomalistiques et tropiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
DINOULIX
Planète
Planète


Masculin Nombre de messages : 156
Age : 49
Localisation : Toulouse
age : 39
Date d'inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Saisons anomalistiques et tropiques   Lun 5 Mar - 20:17

Sur mon site préféré, voici une page récemment publiée qui fait une étude des saisons telles qu'elles existent sur les planètes telluriques:
http://www.pensifs.com/sciences/planetes/comparatif-saisons.php
La question souvent ignorée des saisons anomalistiques y est abondamment développée.
Je copie-colle ci-dessous le paragraphe "conclusions":
*** Début ***
En fin de compte, sur les quatre planètes telluriques, on rencontre les quatre configurations possibles.

* Mercure ne connaît que les saisons anomalistiques (qui y sont extrêmement marquées);
* Vénus ne connaît pratiquement pas de saisons;
* la Terre ne connaît pratiquement que les saisons tropiques;
* Mars connaît à la fois de fortes saisons anomalistiques et de fortes saisons tropiques.

L'extraordinaire particularité de Mercure, comme nous l'avons vu, est que c'est en fonction des longitudes que se font sentir les saisons. Toute éventuelle implantation humaine sur Mercure se ferait, préférentiellement, soit aux pôles soit aux longitudes froides.

Vénus se fait remarquer par la mollesse avec laquelle elle exprime, très légèrement, les deux sortes de phénomènes saisonniers. Son étrangeté réside surtout dans le mouvement Ouest-Est du Soleil. On peut y considérer que les saisons et les cycles jour-nuit n'y font qu'un.

A peu près autant sur Vénus que sur Mercure, la longueur des jours solaires est telle qu'à elle seule, elle représente un sérieux obstacle à l'implantation d'une quelconque forme de vie adaptée au rythme solaire terrestre.

On peut par contre remarquer, comme nous l'avons calculé, que contrairement aux idées reçues, une température fraiche sur le sol de Vénus est parfaitement envisageable. Il n'en tient qu'à la possibilité d'y contrôler l'effet de serre ... ce qui suppose à la fois de transformer complètement son atmosphère et d'imaginer des modes de comportement profondément distincts de ceux actuellement en vigueur sur Terre !!

Quant à Mars, la similarité de ses jours solaires n'empêche pas de constater ses forts phénomènes saisonniers.
Le périhélie martien se produit lors de l'automne de l'hémisphère Nord. La forte excentricité de Mars fait que cet automne ne prend que 143 jours contre 194 jours pour le printemps. L'automne de l'hémisphère Nord est court et relativement chaud tandis que son printemps est long est glacial.

Selon les théories de certains astrophysiciens, on peut craindre aussi l'instabilité climatique martienne. Petite planète, Mars est susceptible de voir évoluer rapidement son degré d'obliquité. Il pourrait atteindre 60°. A des étés relativement cuisants succèderaient des hivers extraordinairement glaciaux.
*** Fin (du copier-coller) ***
"Bonus", en fin de page: considérations sur l'équation du temps telle qu'elle se ferait sentir sur Mars, Vénus ou Mercure.
Le tout, évidemment, avec des liens vers d'autres pages du même site, où chaque notion est expliquée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pensifs.com/
DINOULIX
Planète
Planète


Masculin Nombre de messages : 156
Age : 49
Localisation : Toulouse
age : 39
Date d'inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Saisons anomalistiques et tropiques   Lun 5 Mar - 20:20

Concernant la page en question, j'en ai publié un autre résumé dans le paragraphe "comparaison avec les autres planètes" de la page que voici:
http://www.pensifs.com/sciences/terre-soleil/parcours-globe-terrestre.php#I4
Copier-coller ...
La rubrique Planètes comporte, outre une page dédiée à l'habitabilité des planètes telluriques, une autre dans laquelle nous avons développé les divers phénomènes saisonniers observables sur Mercure, Vénus et Mars: saisons anomalistiques et tropiques.

Comme l'indique l'énoncé de cette page, il y est principalement question de comment s'expriment, respectivement, l'excentricité et l'obliquité de chaque planète.

Tout d'abord, nous avons calculé les "constantes solaires" en les corrigeant selon la 2ème loi de Képler. Résultat, en W/m²:

* 9133 pour Mercure, très loin devant toutes les autres;
* 2618 pour Vénus, soit 1,91 fois plus que sur Terre;
* 1370 pour la Terre;
* 590 pour Mars, soit 2,32 fois moins que sur Terre.

Nous en avons déduit l'ensoleillement par mètre de surface planétaire et après albédo puis en avons déduit la température qui y correspond, planète par planète, pour trois valeurs: les "constantes solaires", les valeurs minimales (aphélie) et maximale (périhélie). Un calcul supplémentaire nous a mené à la conclusion qu'une température fraiche sur Vénus est bel et bien imaginable, pour autant que l'effet de serre soit annulé, tandis que l'effet de serre est indispensable sur Terre et (bien sûr) sur Mars.

Les variations dites "équation du temps", entre le temps solaire vrai et le temps solaire moyen, sont d'autant plus élevées que la planète est excentrique. Une étrangeté a été remarquée à ce sujet concernant Mercure: lors du périhélie, son mouvement apparent d'Est en Ouest se trouve ralenti, annulé puis inversé un bref instant avant de repartir dans le bon sens. Cette étrangeté se double d'une autre: ce sont les deux mêmes longitudes qui se trouvent toujours exposées à Midi au périhélie ! Si par ailleurs on tient compte de la forte différence entre les ensoleillements au périhélie et à l'aphélie, et en sachant également que les saisons tropiques n'existent pas sur Mercure, on obtient que le climat dépend fortement, sur Mercure, de la longitude !

Vénus ne connaît, par contre, que de très faibles saisons anomalistiques et tropiques. Le temps solaire vrai y est très proche du temps solaire moyen. La lenteur du jour solaire permet d'imaginer que les jours et les nuits y seraient considérés comme les seuls véritables phénomènes saisonniers. Pour le même motif, la faible variation "anomalistique" de l'ensoleillement, ainsi que - d'autre part - l'écoulement des solstices et des équinoxes, ne seraient pas associés à tel ou tel jour (comme sur Terre) de l'année, mais au passage du Soleil face à tel ou tel méridien.

Quant à Mars, elle se distingue de la Terre par des saisons anomalistiques nettement plus marquées. Leur croisement avec l'année tropique fait que certaines saisons peuvent durer des dizaines de jours de plus que d'autres. Le temps solaire vrai varie, par ailleurs, nettement plus que sur Terre autour du temps solaire moyen.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pensifs.com/
 
Saisons anomalistiques et tropiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les saisons et les hémisphères
» WANG WEI: Les saisons Bleues
» Les mois et les SAISONS
» Sur les saisons - "Une année bien remplie" de Xavier Deneux
» Sur les saisons - "Mon livre des saisons" avec Mimi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue dans l'univers de l'Astronomie :: Astronomie :: Planètes-
Sauter vers: