Tout l'univers dans un forum
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'industrie de l'amiante au Québec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myast
Supernova
Supernova


Féminin Nombre de messages : 605
Localisation : Montréal, Québec
age : Étudiante en histoire civilisation
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: L'industrie de l'amiante au Québec   Jeu 28 Jan - 23:55

Bonjour à tous,
voilà quelque chose dont je ne peux m'empêcher de vous en faire mention, car j'ai été épaté par combien ce texte était articulé, et combien je trouve honteux de la part de mon gouvernement de faire cela. Il s'agissait d'une agressé lettre au premier ministre Jean-Charest écrite par environnemental Healt trust, et puis voilà je me tais et vous laisse lire

Monsieur le premier ministre,
En tant qu'experts scientifiques de vingt-huit pays, voués à la protection de la santé publique, nous vous demandons de reconnaître la preuve scientifique incontestée qui démontre que toutes les formes d'amiante s’avèrent dangereuses ainsi que le jugement réfléchi de l'Organisation Mondiale de la Santé estimant que l'utilisation sécuritaire de n'importe quelle forme d'amiante n'a pu être établie nulle part au monde
.
Nous vous demandons d'agir honorablement et de recevoir l'avis des experts de santé publique du Québec, des experts prestigieux de la santé au Canada, ainsi que de l'Association médicale du Canada, de la Société canadienne du cancer et de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui ont tous demandé qu’on mette fin à l'utilisation de l'amiante et à son exportation. Nous souhaitons attirer votre attention sur les points troublants suivants parce qu’ils suggèrent que votre gouvernement ne pratique pas ce qu’il prêche, ce qui ternit la réputation internationale du Québec.

1) Le Québec est lui-même confronté à une épidémie de maladies provoquées par
l'amiante.

Au Québec, l'exposition à l'amiante est la première cause de mortalité des travailleurs. Les données de la Commission de la santé et de la sécurité au travail pour 2009 montrent que 60% des décès compensés par cet organisme sont causés par l'amiante. D'autres statistiques confirment que le Québec traverse une épidémie de maladies associées à l'amiante. Les données officielles montrent 134 nouveaux cas de mésothéliome en 2004, et l'Institut national de la santé publique du Québec rapporte 211 cas d'amiantose en 2004. Il est connu que pour chaque cas de mésothéliome, il faut
compter que l'amiante cause deux à trois cas de cancer du poumon.

Cela donne un total de 612 nouveaux cas de maladies associées à l'amiante survenant au Québec en 2004 (134 de cas de mésothéliome, 211 cas d'amiantose et une estimation de 268 cas de cancer du poumon). De 1992 à 2006, le nombre annuel des cas de mésothéliome au Québec s'est accru de 92 à 142.

Nous notons qu'en 2007, face au nombre élevé de cas d’amiantose, les autorités de la santé de votre gouvernement ont lancé un programme spécial, comportant une clinique mobile de radiologie qui a fait le tour de la province afin d’identifier les travailleurs de la
construction ayant des signes d’amiantose et leur venir en aide.

C'est un désastre de santé publique qui n'aurait jamais dû se produire, si le déni des risques de l'amiante par l'industrie n'avait pas été cru. Et comme le Professeur Paul Demers, un expert renommé de l'Université de la Colombie Britannique, a écrit, « une grande partie du fardeau des maladies associées à l'amiante demeure non reconnue ». Nous vous demandons de faire ce qui est nécessaire pour que cette tragédie de santé
publique cesse d’être exportée ailleurs , notamment aux pays en voie de développement, qui supportent déjà trop d'injustice et de souffrance.

Le Québec n'utilise pratiquement pas l'amiante malgré les importants projets d'infrastructure présentement en cours. La directive du gouvernement de 2002 encourageant une plus grande utilisation de l'amiante chrysotile au Québec, n'a jamais été appliquée car les Québécois, soucieux de protéger leur santé et celle de leurs enfants, ne veulent pas d'amiante dans leurs écoles, ni dans leurs hôpitaux ni dans leur résidence. L'amiante extrait du sous-sol du Québec est exporté aux pays en développement, où sont inexistantes tant la connaissance des risques de l'amiante pour la santé que la disponibilité des moyens pour se protéger.

3) Le gouvernement du Québec enlève l'amiante chrysotile des bâtiments dont il
est responsable

Le gouvernement dépense des millions de dollars pour enlever l'amiante des écoles, des hôpitaux et des bâtiments du Québec relevant de sa responsabilité en même temps qu’il encourage l’exportation de ce produit dangereux vers les pays du tiers monde, les assurant qu'il n'y a aucun risque. C’est une ligne de conduite indéfendable.

En outre, le Québec dispose des ressources financières, des experts qualifiés et de l'équipement spécialisé pour enlever l'amiante rendant ses propres bâtiments dangereux, autant de ressources que n’ont pas les pays en développement.

4) Le Québec lui-même s’avère incapable d’assurer "l'utilisation sécuritaire " de
l'amiante chrysotile sur son propre territoire

L'Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ) a publié quinze rapports, montrant que l’utilisation sécuritaire de l’amiante est inexistante dans les entreprises du Québec. L'INSPQ conclut que "l'utilisation sécuritaire" de l'amiante est probablement impossible, particulièrement pour les travailleurs de la construction et s’oppose pour ce motif, à la politique encourageant une plus grande utilisation de l'amiante.

Une recherche réalisée par plusieurs agences officielles du Québec a conclu que, dans les rares milieux de travail où l'amiante chrysotile reste utilisé à l'heure actuelle au Québec, il y avait un taux d'échec de 100% des pratiques "d'utilisation sécuritaire ". Dans le rapport de cette recherche, l’on a recommandé que tout équipement contenant de l'amiante soit remplacé par de l'équipement moins dangereux et sans amiante.

Quand le Québec ne parvient pas lui-même à mettre en pratique les méthodes de "l'utilisation sécuritaire" de l'amiante, peut-il sérieusement s’attendre à ce que les pays en développement y arrivent alors que ces pays manquent de ressources, n’ont pas de réglementation ni les avantages technologiques dont profite déjà le Québec?

5) Il n'y a pas de niveau sécuritaire d'exposition à l'amiante chrysotile

Selon un porte-parole, la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) a adopté une politique de "tolérance zéro" pour l'exposition à l'amiante. Nous applaudissons la CSST de protéger ainsi les travailleurs du Québec contre les effets de l'amiante. Nous vous demandons de montrer pour la protection de la santé des travailleurs du monde en développement la même diligence que le fait la CSST pour la protection de
la santé des travailleurs du Québec.

Nous sommes profondément troublés, qu'au contraire, votre gouvernement appuie la position de l'Institut du chrysotile, communiquant aux pays en voie de développement que l'exposition à 1 fibre d'amiante chrysotile par centimètre cubique d'air (1 f/cc) est parfaitement sécuritaire pour la santé. Ceci est, en effet, la prétension de l'industrie de l'amiante, mais ce n'est pas la position des experts indépendants. L'OMS, la Société canadienne du cancer, le Chirurgien général des États-Unis, les cinquante pays qui ont banni l'amiante chrysotile, déclarent qu'il n'y a aucun niveau sécuritaire d'exposition pour l'amiante chrysotile. Le niveau d'exposition de 1 f/cc causera de la maladie et des décès évitables parmi ceux qui y seront exposés.

Il est choquant de penser que le gouvernement du Québec puisse approuver un niveau d'exposition pour les personnes d'outre-mer qui soit dix fois plus élevé que le niveau autorisé par toutes les autres provinces du Canada, les États-Unis, l'Union Européenne et
d'autres pays industrialisés occidentaux et cent fois plus élevé que le niveau d'exposition autorisé en Allemagne, en Suisse et en Hollande.

Il importe que vous sachiez que les échantillons prélevés au cours d'une période de cinq ans, de 1995 – 2000, pour mesurer l’exposition des travailleurs des mines de Thetford, ont montré que la norme de 1 f/cc a été dépassée dans plus de 10% des échantillons, exposant les travailleurs à des niveaux variant de 1.02 f/cc à 5.15 f/cc.

Un documentaire récent de Radio Canada, Canada's Ugly Secret a montré des travailleurs de l'Inde manipulant l'amiante du Québec, qui sont exposés à des niveaux beaucoup plus élevés que 1 f/cc.

6) Votre gouvernement supporte financièrement les informations trompeuses
de l'industrie

De nos jours, l'amiante chrysotile constitue 100% du commerce mondial de l'amiante et il compte pour 95% de tout l'amiante utilisé depuis qu'on l'exploite. Les industries de l'amiante chrysotile du Québec, du Kazakhstan, du Zimbabwe et de la Russie affirment toutes que l'amiante chrysotile peut être utilisé sans risque.

L'information émanant de l'industrie de l'amiante n’a plus aucune crédibilité. Les experts en santé du Québec, du Canada et des quatre coins du monde ont pris connaissance et dénoncé pour trompeuse l’information que dissémine l'industrie. Pour l’essentiel, cette information erronée est diffusée par l’Institut du chrysotile, un groupe de lobby enregistré pour l'industrie de l'amiante du Québec et recevant un soutien financier de votre gouvernement qui est aussi représenté à son conseil d’administration. Il importe que vous sachiez que l'un des experts préférés de l'Institut du chrysotile est Christopher Booker qui, pour n’avoir aucune qualification scientifique connue, tient le réchauffement climatique, les effets nocifs de l'amiante chrysotile, ceux de la fumée de tabac et ceux du
plomb dans l'essence, pour autant de mystifications.

Plus récemment, le Mouvement Pro-Chrysotile et le Dr. Jacques Dunnigan, un collaborateur de longue date de l'Institut du chrysotile, ont trompé la population du Québec en présentant la liste CERCLA des produits dangereux pour la santé du département de la santé des États-Unis comme preuve que l'amiante chrysotile ne constituerait qu’une menace faiblarde pour la santé, pour le motif que l'amiante chrysotile
y occupe la 119ième position.

Ce qu'ils n'ont pas dit cependant, c’est que cette liste établit l’ordre de priorité du nettoyage des dépôts de déchets toxiques relevant du Superfund des États-Unis, où l'amiante chrysotile occupe le 119ième rang. Si le Dr. Dunnigan et le Mouvement Pro- Chrysotile avaient pris la peine de lire la liste, ils auraient vu que l'amiante amosite, qu'ils identifient eux-mêmes comme une substance extrêmement dangereuse, est placé au rang
#131 et le plutonium, une substance mortelle, au rang #121.

En fait, le service de la santé des États-Unis avertit spécifiquement que la liste CERCLA n'est PAS une liste ordonnant des substances en fonction de leur toxicité et ne devrait pasêtre tenue pour telle.

Il est incompréhensible et extrêmement décevant que le Téléjournal de Radio-Canada ait quand même présenté cette liste à ses téléspectateurs pour être une preuve valide du caractère négligeable du risque de l'amiante chrysotile. Les normes du journalisme imposent la vérification des faits, comme permettait de le faire, la simple lecture de la liste et du document d’où elle était tirée, qui montre que cette prétendue preuve n'était
que mystification. Il difficile d’admettre que le Dr. Dunnigan et Radio-Canada aient pu faire preuve d’irresponsabilité mais il faut convenir que l'explication alternative d’une tromperie délibérée n’est pas moins inquiétante.

Nous notons que dans une émission précédente, le Téléjournal de Radio-Canada avait interviewé cinq personnes, chacune soutenant l'industrie de l'amiante, toutes étant aussi liées à cette industrie. Dans sa réponse aux plaintes reçues à ce propos, l'Ombudsman de Radio-Canada a reconnu que cette émission du Téléjournal était partiale et avait contrevenu aux normes journalistiques de qualité de Radio-Canada.

7) Attaques des professionnels de la santé du Québec

Nous sommes consternés que l'industrie de l'amiante, ainsi que M. Laurent Lessard, un ministre de votre gouvernement représentant un comté dans lequel on exploite de l'amiante, aient diffamé et menacé l'Institut national de la santé publique (INSPQ), créant ainsi un climat d'intimidation pour les professionnels de la santé dont l’obligation est de veiller à la protection de la santé de la population sans aucune autre considération. Bernard Coulombe, un directeur de l'Institut du Chrysotile et Président de la mine d'amiante Jeffrey, a qualifié l’INSPQ de "une petite bande de Talibans", et le Ministre Lessard a parlé de "répercussions" pour l’INSPQ27.

Nous apprenons que des promoteurs de l'industrie ont fait part au gouvernement du mécontentement que leur inspire une recherche de l'INSPQ portant sur les problèmes de santé causés par l'amiante, souhaitant fort qu’on garde sous le boisseau les vérités gênantes mises au jour par l'INSPQ28 .
.
Nous sommes extrêmement troublés que l'industrie de l'amiante de l'Inde, le client principal de l’industrie québécoise, ait récemment prévenu certains scientifiques de l’Inde qu’ils seraient poursuivis en justice s’ils ne retiraient pas leurs publications portant sur les risques que pose l’amiante chrysotile

L'industrie de l'amiante, qui comprend l'Institut du chrysotile du Québec a une longue tradition de recours aux procédures judiciaires pour tenter de réduire au silence ceux qui s'opposent à l'utilisation de l'amiante. En novembre 2007, l'Institut du chrysotile du Québec a entamé une procédure de justice en France, à l’encontre de l'Association nationale des victimes de l'amiante (ANDEVA), lui infligeant des coûts et d’autres ennuis, pour annuler ensuite son recours juste avant l’ouverture du procès en mars 2009,
l’ANDEVA ayant refusé de se laisser intimider.

Nous vous demandons de désavouer publiquement ces actes d'intimidation de l’industrie et de réitérer votre appui aux professionnels de l’INSPQ.

8 ) Sabotage d’une Convention des Nations Unies sur l'Environnement

Nous savons que votre gouvernement et l'industrie de l'amiante ont obtenu du gouvernement canadien qu’il s’oppose à l'inclusion de l'amiante chrysotile dans la liste des substances dangereuses d’une convention sur l'environnement des Nations Unies (la Convention de Rotterdam), empêchant de ce fait la recommandation du comité scientifique de la Convention d'être adoptée et compromettant aussi le mandat de la
Convention.

La Convention de Rotterdam a été créée spécifiquement pour éviter que les populations des pays en développement et en transition économique, à des produits dangereux. Elle assure l’exercice du droit fondamental au consentement éclairé et requiert que les pays soient mis au courant des dangers des produits qu'ils pourraient soient exposées importer.

Il est désolant de voir le Québec compromis dans le sabotage d'une convention des Nations Unies sur l'environnement qui pourrait porter à conclure que votre gouvernement entendrait ainsi nier l’accès pour tous à un droit fondamental dont le Québec profite déjà lui-même.

En vertu de la loi canadienne, l'amiante chrysotile est défini pour être une substance dangereuse, mais le gouvernement du Québec a réussi à empêcher l’extension de cette définition au droit international sur l'environnement, comme si toutes les vies ne requéraient pas la même protection que celle des Canadiens.

Nous vous avons entendu, lors de la Conférence de Copenhague de décembre 2009, inviter le Canada à faire preuve d’un engagement plus résolu pour mettre en application les recommandations de la Convention des Nations Unies sur le Changement du climat. Nous vous demandons de montrer la même détermination envers la mise en oeuvre de la Convention de Rotterdam des Nations Unies.


Devra Davis Sue Janse van Rensburg
Founder, Environmental Health Trust Chief Executive Officer
Professor of Preventive Medicine Cancer Association of South Africa
Mt Sinai Medical Center, US

J'attends vos réactions
Revenir en haut Aller en bas
mitch
Lune
Lune


Masculin Nombre de messages : 100
Age : 36
Localisation : rians
age : 29
Date d'inscription : 31/01/2010

MessageSujet: Re: L'industrie de l'amiante au Québec   Dim 21 Fév - 23:02

bonsoir myast

en premier lieu quel courage d'avoirrecopier tous ca

je suis parfaitement touché par cette lettre sachant que je travail dans le batiment et qui a déja manipuler de l'amiante déja respirer sa poussière pourri.
tu dois peut etre le savoir mais en france cela fait un petit moment qu'on a commencer a l'echanger (a ma connaissance)
dans le sud est de la france on les a remplacer par des PST (everit) beaucoup moins dangereux enfin ce qu'ils disent
pour moi il y en a encore dans les everit beaucoup moins certe mais je pense qu'il y en a encore(reste avoir j'essayerai de me renseigner mieux)
la poussière de ciment n'est pas meilleur je c'est pas comment sont vos toiture ou par quoi ils vont le remplacer mais y a beaucoup mieux a ma connaissance.
j'aimerai que tu me tienne au courant de la suite des événements
autre chose que je voulais dire c'est que l'amiante nous est refuser dans les décheteries les carrières etc tres dure de sent debarasser

autre chose qui est interdit aussi c'est le plomb

PS je suis de tout coeur avec vous et bonne chance vous avez ma signature


mitch
Revenir en haut Aller en bas
Myast
Supernova
Supernova


Féminin Nombre de messages : 605
Localisation : Montréal, Québec
age : Étudiante en histoire civilisation
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: L'industrie de l'amiante au Québec   Mar 23 Fév - 1:02

Je ne t'avais pas oublié, j'¸étais juste allé souper.
Tu sais, pour moi ce n'est même pas du courage, c'est simplement dénoncer,
Disons que notre famille comme la plupart des familles abitibiennes, mais plus particulièrement malarticoises, nous avons été profondément foudroyer par cette loi injuste qu'est cette loi des mines, disons que je ne dis aucune anneries lorsque je dis que mon arrière-arrière grand-père avait les mêmes conditions avec les mines que présentement en 2010. Je vais modéré ma phrase en apportant une simple modification, les salaires des mineurs. D'ailleurs ils doivent cette hausse à la grève de l'amiante de 1949, dont mon arrière grand-père était leader syndical. L'on oublie vite je dirais que les conditions sociales auxquelles les pays occidentaux ont droit actuellement sont des batailles sociales, faites pas nos ancêtres avec acharnement.

En quoi l'amiante à un lien avec moi, mon père vient de Thetford Mines, la ville reine des mines d'amiantes, et des mines à ciel- ouverts. Mon arrière-arrière grand père est morts à 51 ans de l'amiantose, c'est à dire les poumons noircis, et remplis de fibres d'amiante, Jamais il n'a eu le droit à une pension pour sa famille laissé sans père de famille pour apporter la nourriture. Ensuite une génération plus tard, mon arrière grand-père est mort de cette même maladie, après une lutte acaharnée, car il se défendait et dénonçait tel que je le fais,il a été inscrit sur son dossier médical amiantose légère, il est mort à 56 ans, laissant mon arrière grand-mère qui aura bientôt 102 ans veuve, elle était agée de 51 ans à sa mort et se demandait comment elle ferait pour continuer à vivre ,pourtant cela fait le double d'années. C'est une force de la nature, car tout le monde sait qu'à Thetford mines, les personnes ne vivent pas très vieilles ( polution). Enfin pour revenir à mon arrière grand-père. ma grand mère comptait à mon père qu'a l'âge de 7 ans, elle allait porter le lunch à son père, et puis qu'il était simplement à un mètre sous-terre, et qu'elle ne l'apercevait pas tellement il y avait de la poussière. Ma grand-mère est morte à 62 ans, d'un cancer colorectale, je ne l'ai jamais connue, elle est décèdé alors que j'avais 2 mois. Mon grand-père lui s'est battu acharnément, il a eu un cancer, mais ce que j'ai trouvé vraiment beau c,est lorsque moi et mon père sommes allés filmés à Thetford mines, pour parler des bétises de l'industrie minière, il est sortit de son logement de personne agée, avec son fauteuil roulant il est venu nous trouvez, et à parlé au reportaire, contre l'industrie minière, en plus il a beaucoup de misère à parler depuis son cancer. Mon père pour sa part à perdu son meilleur ami à l'âge de 8 ans sous une avalanche de résidus minier lors d'un glissade en hiver, il ne s'en est pas encore remis malgré ses 49 ans. Voilà je dirais que je n'ai pas oublié mon histoire pour faire une histoire simple.

Dans ce document l'on parle de l'industrie de l'amiante, mais elle est comme l'ensemble de l'industrie minière au Québec, sans loi pour protéger les citoyens, l'environnement et sans garantie financière.

je suis malarticoise, pour toujours dans mon coeur, je suis rendu à Val d'Or car nous avons été forcés de partir, à cause d'un méga projet de mines à ciel ouvert, en 20 minutes ils ont tout détruit nos arbres et notre maison. Donc mon pin gigantesque que j'aimais je pense autant qu'une personne humaine. À cela l'on détruira l,environnement encore plus, qu'il en est le cas dans cette ville pauvre qui a accueillit 6 mines donc 6 parcs à résidus, celle ayant eu le plus de mines, et pourtant elle est l'une des plus pauvre de l'abitibi. Ma ville n,existera plus dans 4 ans, j'ai tout fait pour la défendre, déposé un mémoire au Bape, parlé au Bape, fait de nombreuse manifestations avec mon groupe de pression, nous avons lu des pille de documents de 2000 pages, mais je n,abandonnerai jamais, pour que ce qui m,est arrivé n'arrive à personne d'autre, pour que mes enfants est un lieu pour vivre, pour que l'on est quelque chose d'équitable envers tout le monde, et pour que l'exploitation à l'extérieur du Canada dans les pays du tier monde, soit respectueux humainement, et environnementalement. Pour ces raisons, j,ai très hâte de débattre en commission parlementaire la rectification de cette loi, dont le projet de loi 79 n'est pas plus respectueux socialement.

je crois que maintenant tout le monde comprends ma signature Pour que le Québec ait meilleur mines, qui est la coalition provinciale dont je fais partie.

Il me fera plaisir de continuer à parler de cela, mais j'ai long à dire, donc je vais y aller graduellement.
Revenir en haut Aller en bas
mitch
Lune
Lune


Masculin Nombre de messages : 100
Age : 36
Localisation : rians
age : 29
Date d'inscription : 31/01/2010

MessageSujet: Re: L'industrie de l'amiante au Québec   Mar 23 Fév - 1:33

très touchante ton histoire

plus de degat que ce qu'il en parle je ne comprend pas pourquoi des lois aussi importante se mettent pas en place (l'argent peut etre) a l'heure actuelle on a beaucoup changer beaucoup evolué mais les lois evolues peut etre que la vie d'autrui ,l'environement ca n'a pas importance pour eux

c'est malheureux mais il faudrais qu'ils fasse l'emission "vie ma vie" ils font un stage dans les mines peut etre qu'ils comprendrons il ne doivent pas savoir ce que c'est tant que ca leur touche pas personnellement
faudrais qu'ils reagissent mais pas trop tard comme ca se passe tres souvent ils devrais inticiper
Revenir en haut Aller en bas
mitch
Lune
Lune


Masculin Nombre de messages : 100
Age : 36
Localisation : rians
age : 29
Date d'inscription : 31/01/2010

MessageSujet: Re: L'industrie de l'amiante au Québec   Mar 23 Fév - 1:41

faudrais peut etre (biensur c'est facile a dire) faire passer le mot a un maximum de personne pour une manifestation style mai 68 c'est malheureux mais il faut que ca arrive il y a beaucoup trop de chose a changer parce que si tu le monde le veux vraiment ce n'est plus les politiciens qui feront la loi
en france me semble t-il il y a a peu pres 10000 politiens citoyen nous somme 70 million qui vraiment ce ferait ecouter
Revenir en haut Aller en bas
Myast
Supernova
Supernova


Féminin Nombre de messages : 605
Localisation : Montréal, Québec
age : Étudiante en histoire civilisation
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: L'industrie de l'amiante au Québec   Mar 23 Fév - 2:18

nous au Québec, nous sommes un peuples de colonisés et je le pense sincèrement, je dirais que nous nous sommes jamais réellement battus pour quelque chose.

Pourquoi un projet comme celui dans ma ville natale slest fait, car les gens ne se sont pas tenus, la mentalité est la suivante, on fait de l'emplois, donc ne chiale pas, et surtout, il ne faut surtout pas dire que l'on videra totalement la ville de sa ressource, surtout pas et que l'on fera vivre une ville durant 9 ans, selon l'industrie, mais selon nous et l'ampleur et la fluctuation du prix de l'or, 4 ans. Je dirais ensuite, qu'il partente avec la ressources sans aucun plan de développement durable, alors que cel ne couterait que 125 millions et donnerait à la ville une deuxième vie, alors que cette industrie aura avec ce projet un revenu estimé à 9 milliards, des peanuts quoi. En tout cas, à ceci je rajoute que l'actuelle loi ne prévoit qu'un remboursement de 70% des coûts environnemaux, qui ne sont même pas respectés, et dont ils nous laisse la charge des sites orphelins aux contribuables, La loi prévoit 12 % de redevances financières, à peine 1.2 % est donné à l'état, à ccela, le vérificateur général du Québec, mentionne haut et fort que pour 644 million investie pour le gouvernement du Québec de 2003-2008, pour si je me souviens bien 13 minière, il manque 369 millions dont l'on a jamais remboursé,et dont les contribuables ( des petits payeurs, simples citoyens), ont le passif environnemental, souvent et la plupart du temps jamais restauré, laissé à l'ambandon, et surtout contaminant les lacs, ( 70 % des courts d,eau en Abitibi sont polués), la flore, la faune( le foie des orignaux tués par les chasseurs à l'automne, sont très souillé), et finalement l'on polue aussi les hommesdont les problème de santé se multiplient.

Le plus dégoutant c,est qu'ils arrivent chez toi et te tasse de chez toi et qui ont le droit de t,exproprier. Pourquoi ont-ils plus de droits que nous? Afin de favoriser les investisseurs qui verront leur investissement se bonifier. À ceci, s’ajoute le manque d’encadrement pour les citoyens que l’on laisse seul devant une compagnie entouré d’avocat, de négociateurs, ça s’appelle du gros gré petit gré et contre ton gré. Je ne comprends pas que de simples citoyens honnêtes, soient confrontés, sans aucun appuie, tandis que lorsque l’on te soupçonne d’un crime, un avocat est là pour te défendre. À mes yeux, cela est une injustice profonde que de voir que l’on bafouille tes droits te propriétaire fonciers, parce qu’ils sont propriétaires de ton sous-sol. Tant qu’à moi ces situations de doubles propriétaires ne devraient pas avoir lieu. En secteur urbain, les mines sont interdites. Si cette modification est trop drastique, alors ne donnez pas tous les droits à l’industrie minière, chaque vie humaine est égale, à moins que l’argent dicte en fait cette valeur là aussi…

Voilà ma première proposition le mot est faible ( éxigeance)que je fais au gouvernement du Québec je ne fais que commencer.

Souvent je repense à ce que j,ai vécu en croyant que c'est un cauchemar, tellement que c'est surréaliste, on déménagent les maisons sur des camions, on coupe tou les arbres derrière chez toi, on effectue du forage dans les rues, devant mes grands parents maternelles alors agées de 82 et 86 ans, la nuit dans les bois le forage se fait, et tu as de la misère à dormir. Ensuite, en ville on divise les gens pour mieux contrôler, il y a deux clans, les pour et les contres, à 6 h du matin les camions sont juste à coté de ta maison, car l'on détruit, et oui détruit les anciennes fondations de tes anciens voisins, et l'on détruit sous tes yeux, tout l'aménagement paysagés des tes voisins, tous tes souvenirs de lorsque tu .étais enfants, c'est tout ce que u as vécu à ce jour, à cela, chaque jour l'on continue de déménager les maisons, ont détrui les écoles où tu as été, le centre de la petite enfance( garderie), les résidences pour personnes agées, et probablement même si cela n,a pas été dit, car la population est très religieuse( L'église). Tu n'as même pas le temps de faire ton deuil de quelque chose que déjà l'on détrui autre chose. Nous nous sommes tenus, nous avons été dans les derniers déménagés , j'espérait jusqu`'à la fin que cela n'est pas lieu, car j'aimais, j'aime et j'aimerai toujours cette foret derrière chez moi, mes arbres, mon terrain, mon milieu de vie, mai ce n'était plus ma ville. Et qui va vitre dans une ville où l'on dynamitera 120 tonnes de roches par jour? Où l'on utiliseras 120 000 litres d,eau par jour, 11 tonnes de cyanure, et où 150 camion de 200 tonnes circulerons. Où je vivais mes racines y sont restées, où mon grand pin à été coupé ses racines y sont restées aussi, c'est là mon appartenance, mais désormais, bientôt un trou de 2km par 800 mètres sera à cette endroit.
Revenir en haut Aller en bas
mitch
Lune
Lune


Masculin Nombre de messages : 100
Age : 36
Localisation : rians
age : 29
Date d'inscription : 31/01/2010

MessageSujet: Re: L'industrie de l'amiante au Québec   Mar 23 Fév - 2:38

wahwah quel histoire
moi qui penser qu'on voyait sa que dans les films
j'en reste bouche baie
impressionnant
Revenir en haut Aller en bas
Myast
Supernova
Supernova


Féminin Nombre de messages : 605
Localisation : Montréal, Québec
age : Étudiante en histoire civilisation
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: L'industrie de l'amiante au Québec   Mar 23 Fév - 2:44

et oui et c,est arrivé dans un pays où l'on a des contitions sociales, et un pays libre, alors je ne veux même pas imaginer vivre ce qui en est dans les pays pauvres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'industrie de l'amiante au Québec   Aujourd'hui à 7:47

Revenir en haut Aller en bas
 
L'industrie de l'amiante au Québec
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MARCHE CITOYENNE ET UNITAIRE CONTRE L'INDUSTRIE DE LA FOURRURE
» L'avortement : une industrie qui rapporte très gros
» Nouveau livre sur l'industrie de la viande
» viande et industrie laitière
» Mise à la terre dans l'industrie des piéces metalliques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue dans l'univers de l'Astronomie :: Le monde qui nous entoure :: Actualités-
Sauter vers: