Tout l'univers dans un forum
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MESSENGER transmet ses premières images de navigation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Mer 9 Jan - 22:44

Les opérateurs de la mission MESSENGER ont reçu aujourd'hui les huit premiers clichés de navigation optique de la sonde. "Nous allons prendre ce genre d'images tous les jours, jusque immédiatement avant le survol, pour s'assurer que nous sommes bien sur la trajectoire prévue," explique Louise Prockter, scientifique en charge du système d'imagerie de la sonde.

La navigation optique est fréquemment utilisée pour établir la position d'un objet visé afin de le survoler en toute sécurité et à la bonne distance. Parce que MESSENGER va s'aprocher très près de Mercure - 202 kilomètres, NdT - le 14 janvier, la navigation optique représente une méthode supplémentaire et indépendante pour détecter et corriger des erreurs minimes dans la trajectoire. Prockter ajoute : "Cette information permettra à l'équipe de navigation de vérifier que la sonde est sur le bon chemin pour l'approche, ou si une correction de dernière minute est nécessaire pour éviter un survol trop rapproché ou trop lointain." Rappelons que MESSENGER est censé se mettre en orbite autour de Mercure en mars 2011, et que cette opération requiert le suivi d'une trajectoire optimum en matière de consommation d'ergols. Cette trajectoire optimum conditionne l'altitude à laquelle ce survol doit avoir lieu.

Pour déterminer la position de l'engin, on doit voir le corps-cible (Mercure, dans ce cas) dans le même champ de vision que des étoiles en arrière-plan. "Ces étoiles sont suffisamment lointaines pour les considérer comme fixes. La position de Mercure est également bien connue par les siècles d'observation depuis la Terre. Ainsi, en établissant la position de Mercure sur l'arrière-plan des étoiles et le point visé par la caméra, il est possible d'estimer la position de la sonde spatiale."

L'instrument d'imagerie comporte deux appareils. L'un a un champ large de 10,5° et l'autre possède un champ dix fois plus étroit. Ces deux appareils sont montés parallèlement, de sorte que le champ étroit tombe exactement au centre du champ plus large. La caméra à grand champ est dotée d'un filtre spécialement conçu pour photographier les étoiles, qui demandent parfois des poses de dix secondes pour devenir visibles sur les clichés.

"Malheureusement, de si longues poses peuvent saturer les objets brillants comme Mercure, ce qui rend difficile la réunion de la planète et des étoiles sur une même image. C'est pourquoi la caméra à champ étroit et sa résolution sept fois meilleure sera utilisée pour photographier le limbe mercurien."

La méthode consiste à photographier les étoiles avec l'appareil à grand champ et prendre une image de Mercure avec l'autre appareil tout de suite après.

"Ce n'est pas un premier essai pour l'équipe de navigation, qui s'est déjà entraînée pendant les survols de la Terre et de Vénus qui ont précédé. Mais c'est bien la première fois qu'on l'utilise 'pour de vrai'", conclut Prockter.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Jeu 10 Jan - 20:30

Elle n'était pas encore publiée lors de la rédaction de mon précédent message, et là voilà donc encore chaude, à peine sortie du four !



Le 9 janvier à 12 h 04 heure belge, la sonde MESSENGER a capturé ses premiers clichés de Mercure. Elle était alors à 2,7 millions de kilomètres de distance. Cette image a été prise avec la caméra à petit champ, l'une des deux composantes du système d'imagerie dont est équipée la sonde spatiale. Le globe mercurien est éclairé à hauteur de 13 %.

Crédit : NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Sam 12 Jan - 13:53

Hier soir, vers 18 heures, une seconde image de navigation a été publiée sur le site de la mission MESSENGER. Je n'ai cependant pu vous la transmettre que plus tard dans la nuit, car j'ai du m'absenter pour la soirée. Quoi qu'il en soit, il n'est pas trop tard pour vous l'afficher :



Le 10 janvier à 22 heures, la distance entre Mercure et MESSENGER venait juste de passer sous la barre des deux millions de kilomètres. La résolution est passée de 70 kilomètres par pixel à 50 km/pixel. Cette image montre plus nettement des nuances sur la surface mercurienne, de même que de petites taches foncées ou claires. Ces taches claires représentent des cratères d'impact récents. Comme la partie visible de Mercure a déjà été photographiée par Mariner 10, il est possible de savoir de quels cratères il s'agit. Malgré la consultation de mon atlas de Mercure, retrouver quels cratères peuvent se cacher derrière cette apparence fantomatique est un exercice bien difficile.

Le compte à rebours pour la rencontre historique entre Mercure et MESSENGER a commencé

Le dimanche 13 janvier à 14 heures, soit 30 heures avant l’approche maximale, la sonde détournera son antenne principale de la Terre. Elle n’aura plus besoin de dialoguer avec sa planète-mère pour exécuter les quelque 5000 commandes stockées dans sa mémoire.

« Il n’y aura aucun instrument inactif pendant ce survol ; tous seront mis à contribution afin de saisir plus de 1200 clichés et collecter d’autres informations scientifiques pour emmagasiner, sur 55 heures, plus de 700 mégabytes de données sur l’ordinateur de bord qui vont faire date dans l’exploration spatiale. Cinquante minutes avant l’approche maximale, nous ne recevrons plus de signal de MESSENGER car elle ne sera plus à portée directe de la Terre en semblant passer derrière Mercure. La connexion sera rétablie quarante-huit minutes plus tard, soit juste avant que MESSENGER n'effleure Mercure. » déclare Eric Finnegan, ingénieur. La traversée de l’ombre mercurienne prendra 14 minutes ; la sonde tirera alors son énergie se des batteries.

Vingt-deux heures après le survol, c’est-à-dire le 15 janvier à 18 heures, MESSENGER jettera un dernier regard sur Mercure avant de se tourner vers notre planète et lui transmettre les trésors qu’elle a déterrés.
En attendant, une seconde image de navigation est publiée. Prise à un peu moins de deux millions de Mercure, on peut y deviner quelques nuances et des taches plus claires, qui représentent des cratères d’impacts récents.

Une ode au premier survol de Mercure

L’inspiration a gagné Stuart Atkinson, écrivain et astronome amateur pour la rédaction d’un poème, « The MESSENGER Approaches » pour commémorer l’événement. Atkinson est l’auteur de six bouquins d’astronomie pour enfants, et d’autres sont à paraître cette année. Pour lire la version originale, consultez http://messenger.jhuapl.edu/poem.html. Remarquez que ce texte n’a de poétique que la décasyllabie. Je l’ai traduit et lui ai donné un aspect plus proche de ce que l’on a l’habitude d’appeler un poème :

Le MESSAGER Approche

Trente fois, ou plus, la Terre a tourné
Autour du Soleil depuis que Mariner a capturé
Ses visions de science-fiction. Sur Terre
Ce n’est qu’une paillette derrière
Braise sanguine, orange, vespérale
Ou la rosée lavande matinale
Voilà que je me hâte maintenant
Vers ce qu’Apollon éclaire en croissant
Les mystères d’Hermès droit sous mes yeux
Un boulet de canon géant, rocheux
La poussière sur cette peau ridée
Que la chaleur du Soleil a ruinée,
Inondée par si cruelle lumière
Donne à tout explorateur, homme ou femme
Debout dans l’antichambre de l’enfer
Peur de périr dans les feux et les flammes…

Je dérobe mes coups d’œil en sécurité
Protection étincelante, mon bouclier
Aucun détail encor, discret Mercure
D’une faucille se donne l’allure
Bientôt, bientôt ! tranche d’argent
Métamorphosée en globe brillant
Secrets tomberont pour m’émerveiller
Et déjà tant de joie à partager
Mes découvertes à vous, attendant
Yeux anxieux dans la lueur des écrans
Ce qu’Hermès dissimula pendant tant d’années
N’ayez crainte ! Patience en sera honorée…
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Sam 12 Jan - 15:36

Une troisième image de navigation, qui sont prises deux fois par jour, vient d'être publiée sur la site de la mission MESSENGER.



Deux jours tout pile avant sa rencontre avec Mercure, l'engin se trouvait à 1,7 million de kilomètres de la planète.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Sam 12 Jan - 21:24

En jetant un coup d'oeil sur la page "Où est MESSENGER", qui expose sous forme de schémas l'orbite de MESSENGER parmi les planètes internes, vous pouvez constater qu'il est maintenant impossible de distinguer Mercure de la sonde qui va le survoler après-demain.



Il y a une heure environ, la distance entre les deux objets passait le cap symbolique du million de kilomètres.

Les équipes de navigation et d'organisation de la mission se sont rencontrées hier pour discuter l'éventualité d'une correction de trajectoire de dernière minute. Les données de suivi radio accumulées depuis la dernière manoeuvre indique une marge d'erreur de 13 kilomètres par rapport à la trajectoire prévue. Les mesures optiques directes menées depuis maintenant trois jours confirment ce résultat, en réduisant l'incertitude à 4 kilomètres. Conclusion : autant dire que MESSENGER tire dans le mille, et qu'une correction (qui aurait eu lieu demain) est inutile.

On prévoit maintenant une approche à 203 kilomètres d'altitude le 14 janvier à 20 h 04' 39'', heure de la montre.

"Nous avons reçu la confirmation que le chargement de la séquence des observations s'était bien déroulé jeudi soir, et que tous les instruments fonctionnent pour le mieux. Vendredi soir, le refroidisseur du spectromètre gamma était branché, et l'altimètre laser a été allumé ce matin. La sonde est maintenant fin prête pour la rencontre. Tout est "GO" pour le survol !" s'exclame l'ingénieur Eric Finnegan.

L'équipe de MESSENGER se rassemblera au quartier général tôt ce samedi matin pour jeter un dernier regard sur leur engin avant qu'il n'entre en mode automatique et qu'il ne tourne tout son attirail d'instruments vers Mercure pour la première fois de la mission... et qu'il n'entre dans l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Lun 14 Jan - 18:58

Bonsoir tout le monde,

Le moment est historique. A l'heure où j'écris ces lignes, la sonde MESSENGER a entamé sa séquence des observations rapprochées de la planète ; elles dureront trois heures, de 18 h 43 à 21 h 43. Une mosaïque à basse résolution de la planète est déjà enregistrée, et le spectromètre ultraviolet est en train de sonder l'atmosphère sur le côté nocturne de la planète. C'est la première fois qu'un engin spatial retourne voir Mercure depuis près d'un tiers de siècle !

MESSENGER passera à 203 kilomètres au-dessus de la surface mercurienne à 20 h 4' 39''. Jamais aucun produit de l'industrie humaine n'aura approché Mercure d'aussi près.

Depuis mon dernier message, deux nouvelles images de navigation ont été publiées. A partir de la cinquième et dernière de ces images, j'ai préparé une nouvelle illustration montrant les noms des cratères les plus apparents :



Louise Prockter, scientifique préposée aux instruments d'imagerie plusieurs fois citée dans mes communiqués précédents, a corrigé ma première version et m'a apporté confirmation sur les plus grands d'entre eux (Vivaldi, Matisse, Sullivan). La position des autres semble toutefois exacte.

La redécouverte de la planète est déjà engagée par cette image, car une petite portion de la surface mercurienne, située entre les cratères Vivaldi et Rajnis, n'a pas été photographiée par Mariner 10. Le monde entier la découvre sur ce cliché. Cela n'est pourtant qu'un avant-goût de ce qui va suivre une fois que MESSENGER émergera de l'ombre de Mercure : un bon quart de la planète, jamais vu de près, s'exposera alors aux caméras de MESSENGER. Point fort à venir : nous verrons le bassin Caloris en entier et dans toute sa splendeur, lui que nous ne connaissons qu'à moitié grâce à Mariner 10.

L'image originale, agrandie 2,5 fois, est visible ici :
http://messenger.jhuapl.edu/gallery/sciencePhotos/pics/EN0108693445M.jpg
Elle a été prise hier matin, à 760 000 kilomètres de Mercure. La qualité des images est comparable à celle offerte par Mariner 10 voici plus de trente ans. On pourrait a priori s'attendre à beaucoup mieux de la part de MESSENGER, mais il faut savoir que les performances de Mariner 10 étaient fort remarquables à l'époque, ce qui ne facilite pas la tâche de MESSENGER qui voit d'abord et avant tout une barre placée haut !

Depuis dix jours, le site officiel de la mission MESSENGER comporte une page spéciale, permettant de suivre en images de synthèse et en temps réel les opérations de la sonde. Je vous retransmets l'adresse :

http://messenger.jhuapl.edu/encounters/

Nous sommes encore situés sur la ligne du temps générale, qui court du 9 au 16 janvier. De 18 h 43 à 21 h 43 toutefois, ce programme sera plus attractif : sur une ligne du temps restreinte à ces trois heures il simulera en temps réel l'acquisition des images et des autres observations. En cliquant sur le bouton jaune "Realtime" en hat à droite, la page sera automatiquement rafraîchie toutes les dix secondes. Au milieu de l'écran, le champ de vision de l'instrument actif s'imprimera en couleur sur une image de Mercure. De part et d'autre de cette image centrale, vous verrez s'afficher la surface mercurienne telle que la voit chacune des deux caméras embarquées. Il sera intéressant de suivre en direct l'acqusition des mosaïques par le balayage de la surface de la planète...

Je rappelle que depuis hier à 13 h 56 mn, MESSENGER ne fait qu'accomplir automatiquement son programme, n'envoyant vers la Terre que de brefs signaux, servant juste à attester de son bon état de fonctionnement. Ces signaux serviront toutefois à donner une idée de la répartition des masses à l'intérieur de Mercure, à condition de pouvoir recommencer à capter les précieux signaux dès que MESSENGER revient en vue de la Terre, après avoir été cachée à nos antennes par le globe mercurien.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Mar 15 Jan - 18:39

Ce soir, dès 18 heures, commence la retransmission vers la Terre de l'ensemble des données acquises par la sonde MESSENGER pendant son survol de la planète Mercure effectué hier dans la soirée. Dans un premier temps, nous commencerons à recevoir ce qui concerne l'approche, durant laquelle Mercure présentait à son visiteur des terrains déjà photographiés par Mariner 10. Demain se poursuivra la réception de photographies très fines (une centaines de mètres par pixel) montrant des territoires encore jamais vus. Les nouvelles données concernant une terre connue serviront ainsi à calibrer des nouvelles données concernant une terre inconnue.

Ces cinquante heures de données enregistrées automatiquement comprennent des sondages spectroscopiques de l'atmosphère et de la surface, des relevés altimétriques laser et surtout plus de 1200 clichés de basse, moyenne, haute ou très haute résolution. Ces photographies seront assemblées dans deux films et plusieurs mosaïques couvrant chacune l'ensemble ou une portion du globe mercurien tel qu'il se présentait à MESSENGER. L'une de ces mosaïques devrait s'étendre, du nord au sud, sur 9000 pixels !

L'ensemble des résultats sera dévoilé au grand public une à deux semaines après le survol. En attendant, neuf images de navigation optiques capturées du 9 au 13 janvier ont été assemblées en un panneau et en un petit film. Cinq images individuelles ont été publiées depuis le 10 janvier, au rythme d'une par jour.

Pour le panneau :
http://messenger.jhuapl.edu/gallery/sciencePhotos/pics/opnav_9panel.jpg

Pour la séquence animée :
http://messenger.jhuapl.edu/the_mission/movies/opnav_jan09_jan13.mov

Un autre film de l'approche en couleurs, qui commence là où celui-ci se termine, est également en voie de retransmission et de confection. Le film qui montrera la planète s'éloigner dans le noir de l'espace sera quant à lui monochrome.

Le prochain rendez-vous est fixé le 6 octobre 2008. Il se sera écoulé presque exactement 1 jour solaire et demi pour Mercure, qui nous présentera alors son autre hémisphère. D'ici la fin de cette année, nous aurons à notre disposition une carte presque complète de Mercure, qui est restée blanche à 55 % depuis plus de trente ans.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Mar 15 Jan - 23:19

"D'une mission d'exploration aventureuse à l'autre, félicitations à l'équipe de MESSENGER !" lance Alan Stern, directeur de la mission New Horizons. Glen Fountain, manager pour le même projet : "L'équipe de New Horizons partage son excitation face aux nouvelles connaissances que MESSENGER va nous fournir à propos de Mercure."

L'équipe de New Horizons - Exploration de Pluton et la Ceinture de Kuiper - a adressé ses chaleureuses félicitations à ses collègues de la mission MESSENGER, qui a orchestré d'une main de maître un retentissant survol de la planète Mercure hier.

Sean Solomon, directeur de la mission MESSENGER, déclare : "Nous sommes ravis que ce survol ait été couronné de succès. L'équipe trépigne d'impatience pour le rapatriement de toutes les observations scientifiques faites ces deux derniers jours. Nous espérons partager, dans les prochaines 24 heures, un premier aperçu d'une face de Mercure que nous n'avons encore jamais observé de près."

A 17 h 30 aujourd'hui, les contrôleurs de la sonde MESSENGER ont reçu leurs premiers signaux de télémétrie depuis le survol de Mercure hier soir. Ces signaux indiquent que tous les instruments fonctionnent normalement et que la séquence d'observation s'est déroulée sans encombre. C'est à Canberra que seront reçues les précieuses données, qui comprennent 1213 images de Mercure. Aussitôt reçues, l'équipe de MESSENGER s'attelera à leur traitement.

Les sondes New Horizons et MESSENGER sont toutes deux construites et entretenues par le Laboratoire de Physique Appliquée de l'Université Johns Hopkins (JHU-APL) de Laurel, dans le Maryland. Elles forment le tandem "Feu & Glace" de la NASA, chargé d'explorer les frontières extrêmes du Système Solaire. New Horizons soufflera samedi prochain sa deuxième bougie dans l'espace, début d'un voyage long d'une dizaine d'années vers Pluton et la Ceinture de Kuiper. On se souvient du survo de Jupiter effectué le 28 février dernier. Lorsque MESSENGER survolera une seconde fois Mercure, New Horizons sera déjà au-delà de l'orbite saturnienne. Et le 18 mars 2011, les deux sondes franchiront simultanément un cap : MESSENGER se mettra en orbite autour de Mercure tandis que New Horizons passera l'orbite d'Uranus.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Mer 16 Jan - 14:12

Le site de la mission MESSENGER a publié aujourd'hui une première image de Mercure, enregistrée à 27 000 kilomètres de distance. Pendant trois décennies et grâce aux mosaïques de Mariner 10, nous ne pouvions voir Mercure en entier que sous trois angles : ceux du rapprochement et de l'éloignement du premier survol auxquels il faut rajouter la perspective obtenue pendant le deuxième survol.

En voici désormais un quatrième :

http://messenger.jhuapl.edu/gallery/sciencePhotos/pics/EW0108829708G.4release.jpg

Le monde entier découvre ici une partie de Mercure que l'on avait encore jamais photographié avec un tel niveau de détails. Comme promis, le bassin Caloris apparaît en entier : on peut le deviner sous la forme d'un disque plus clair que les environs, signe de sa composition différente. Sur le terminateur apparaissent de jolis plis faillés, spécialité toute mercurienne.

Cette image n'est qu'un volet d'une composition en couleur comportant onze "épaisseurs". Mercure est vu à travers un filtre laissant passer les longueurs d'onde proches de 750 nm, c'est-à-dire à l'extrémité rouge du spectre visible.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Jeu 17 Jan - 19:34

En prélude à la publication des mosaïques, compositions en couleurs et autres séquences animées, le site de la mission MESSENGER a d’ores et déjà divulgué six nouveaux aperçus en gros plan de la planète Mercure. Il aura fallu attendre 32 ans et dix mois pour revoir Mercure !



Mariner 10 a eu beau survoler trois fois la planète la plus proche du Soleil, celle-ci lui a présenté trois fois le même hémisphère. Par conséquent, la sonde n'a pu photographier que moins de la moitié de la surface mercurienne. Les planétologues se sont interrogés pendant trente ans sur ce que de nouvelles images pouvaient révéler sur l'hémisphère inconnu de Mercure.

Le 14 janvier 2008, la sonde MESSENGER a pu observer près de la moitié de cet hémisphère dissimulé aux caméras de Mariner 10. Cette image a été saisie par la caméra à champ large, environ 80 minutes après l'approche maximale. L'engin était alors à plus ou moins 27 000 kilomètres d'altitude. On peut deviner des détails larges de dix kilomètres sur cette image, prise à travers un filtre transparent aux longueurs d'ondes proches de 750 nanomètres, c'est-à-dire dans l'extrémité rouge du spectre visible. Ce n'est qu'un volet d'une composition en couleur qui comportera onze clichés.

Si cette portion nouvellement découverte de la surface mercurienne semble tout aussi densément couverte de cratères que le reste, elle contient des formations et uniques et toutes spécifiques à Mercure. En premier lieu, on note sur la partie supérieure droite la présence du bassin d'impact Caloris, un cratère géant formé par la chute sur le jeune Mercure d'un gros astéroïde ou d'une grosse comète (cette seconde possibilité est plus probable). Il compte parmi les plus vastes figures d'impact recensées dans tout le Système Solaire. On se souvient que Mariner 10 n'a pu photographier Caloris qu'à moitié, et les scientifiques brûlaient d'impatience de voir ce bassin dans son entièreté.

On remarque sur ce cliché que le plancher du bassin est plus clair que le reste de la planète, ce contraste étant encore accentué par le large anneau foncé qui semble l'entourer. La différence de teinte trouve certainement son origine dans une différence de composition.

Il y a là une différence flagrante avec notre satellite naturel, sur lequel les grands bassins d'impacts sont remplis, par l'entremise d'épanchements de lave, d'un matériau plus foncé que le reste de la surface. La lave solidifiée qui comble les mers lunaires se trouve être du basalte, une roche volcanique très répandue sur Terre. Nous n'avons encore aucune idée claire de la pétrologie de Caloris Planitia, mais certains auteurs invoquent de la syénite à néphéline, une roche également magmatique, mais plus proche du granite, donc plus claire que le basalte. La néphéline, un aluminosilicate de sodium et de potassium, expliquerait quant à elle la teneur relativement élevée en vapeurs de sodium et de potassium dans l'atmosphère ténue dont s'entoure Mercure. L'anneau foncé à la surface lisse qui encercle le plancher de Caloris serait davantage basaltique.
A l'intérieur même du cratère, plusieurs cratères aux remparts foncés attirent l'attention par cette caractéristique inhabituelle.

Des cratères d'impacts à remparts multiples, de même que des plis faillés, s'offrent aux regards des humains pour la toute première fois depuis qu'ils se sont formés, il y a de cela plusieurs milliards d'années !



Nous abordons maintenant les vues en gros plan de Mercure, acquises par la caméra à petit champ de vision. Cette photographie fut enregistrée 37 minutes après l'approche maximale. Elle couvre une région carrée de 370 kilomètres de côté, ce qui amène la résolution à 360 mètres par pixels. Elle occupe la 98ème position sur 99 d'une mosaïque recouvrant la moitié nord de Mercure, tel qu'il apparaît dans la première image.

La formation la plus apparente est sans conteste un cratère jusque là inconnu, dont l'auréole d'éjecta adopte un motif radial autour du cratère lui-même. Une chaîne de petits cratères apparaît à proximité. Ces petits cratères sont dits "secondaires" car ils sont creusés par une gerbe de gros blocs propulsée en l'air par un impact plus conséquent. L'étude des cratères d'impacts est une manière d'aborder l'histoire de Mercure pour ensuite mettre cette histoire en parallèle avec celle d'autres objets du Système Solaire.



Vingt et une minutes à peine après son effleurement de Mercure à 200 kilomètres d'altitude, MESSENGER se trouvait 5800 kilomètres de la surface. C'était l'occasion de capturer ce cliché sur lequel on peut distinguer des cratères d'environ 300 mètres de diamètre. Cela confère à chaque côté de l'image une longueur de 170 kilomètres sur le sol.

Elle fait partie d'un ensemble de 68 images de très hautes résolution couvrant une région encore jamais vue sur l'équateur de la planète. En plus d'une partie d'un grand cratère qui occupe le coin inférieur droit, nous voyons là un magnifique gros plan d'un des plus hauts et des plus longs plis faillés répertoriés sur Mercure jusqu'à présent : il barre l'image de haut en bas en décrivant un coude vers la droite.

Il est relativement aisé de replacer cette vue rapprochée sur l'image globale occupant la première place. Le pli faillé en question, dont la forme générale est celle, étonnante, d'un "U" se situe à l'extrême gauche du globe, presque sur la limite entre le jour et la nuit, et sur l'équateur de la planète. Comme on vient de découvrir cette formation, elle est encore anonyme. Néanmoins, elle recevra à l'avenir le nom d'un célèbre navire d'exploration, comme le veulent les règles de la nomenclature mercurienne. L'incidence rasante des rayons du Soleil, qui illumine la scène par la gauche, renforce l'impression de relief grâce aux ombres.

De très puissantes contraintes tectoniques ont forcé les deux-tiers gauches de l'image à se superposer sur son tiers droit. Le rempart du grand cratère en a d'ailleurs pâti, puisqu'on remarque nettement le décalage de part et d'autre de la fracture. Tout en haut de l'image, un cratère plus petit s'est creusé après la surrection du pli faillé, vu que son rempart est intact et qu'il estompe notablement le relief de la falaise. Un planétologue en tire cette conclusion : le grand cratère est apparu le premier, avant de subir les assauts du pli faillé. Le petit cratère s'est finalement imprimé sur l'escarpement. Voilà donc retracée la séquence des événements sur cette petite partie de Mercure.

Dans la moitié gauche de l'image, les deux sillons orientés vers le centre du grand cratère (celui du coin inférieur droit) sont des fractures ouvertes par la violence de l'impact.



Contrairement aux images précédente, cette vue de Mercure n'a pas été prise après l'approche maximale, mais un peu moins d'une heure avant, lorsque MESSENGER se trouvait à 18 000 kilomètres de distance à Mercure. Pour la situer sur le globe mercurien, il faut donc se reporter aux images de navigation publiées voilà quelques jours (http://membres.multimania.fr/grg/mercury.PNG). Ce que MESSENGER a observé de la planète avant de plonger dans son ombre a déjà été aperçu par Mariner 10 il y a plus de trente ans. Le grand cratère sur lequel le Soleil se couche porte donc déjà un nom : celui du célèbre compositeur italien Vivaldi.

Son plancher est déjà totalement envahi par l'obscurité, ne laissant voir que le sommet du double rempart annulaire. Ces cratères aux doubles remparts sont beaucoup plus nombreux sur Mercure que sur la Lune, ce qui constitue en soi une différence entre les deux objets.

Le rempart extérieur de Vivaldi fait deux-cents kilomètres de diamètre. Cela permet d'évaluer la largeur de l'image à environ 500 kilomètres. La taille des plus petits détails visibles est de l'ordre du millier de mètres.

La vaste dépression au sud-ouest du cratère n'avait que difficilement été observée par Mariner 10. A gauche de Vivaldi, un cratère à fond plat semble avoir arasé une crête rectiligne, qui représente vraisemblablement le front d'une coulée de lave. A l'instar de l'exemple précédent, nous pouvons en déduire que le cratère est plus récent que l'épanchement.

Comparer des clichés de formations identiques saisis par Mariner 10 et MESSENGER établit définitivement la supériorité des performances de la seconde sonde spatiale. Non seulement nous allons découvrir une portion de Mercure encore jamais observée, mais nous allons aussi redécouvrir une portion de Mercure déjà observée.



Une minute seulement après l'image précédente, MESSENGER enregistrait cette vue rapprochée de Mercure. Elle montre le limbe de la planète, dans la région du pôle nord. Au centre du champ de vision, on peut remarquer que la surface est plus lisse qu'aux alentours. On devine les limites de cette "plaine lisse" sous la forme d'un cercle. De plus, une chaîne courbée de collines siège à l'intérieur de la plaine. Par conséquent, il est fort possible que cette plaine lisse ne soit rien d'autre que de la lave solidifiée ayant presque oblitéré un cratère au rempart double.

Le grand cratère occupant le coin inférieur droit du cliché se nomme Sholem Aleichem, patronyme d'un écrivain yiddish. Lui aussi est rempli d'un matériau issu du sous sol, qui une fois solidifié, s'est déformé pour laisser apparaître des crêtes. Le sol autour de Sholem Aleichem possède une texture plus irrégulière car il est recouvert du matériau expulsé lors de la formation du cratère.



Nous revenons par cette image à la phase successive à l'approche maximale. On y découvre un bassin d'impact à double rempart partiellement rempli d’un matériau lisse, certainement de nature volcanique. On remarque également, au-dessus du centre du bassin, deux petits cratères accolés l’un à l’autre. Leur aspect abîmé et leur fond plat suggère fortement qu’ils se sont creusés avant le remplissage du grand bassin qui les abrite. Ce détail n’est pas anodin, puisqu’il indique que le remplissage du bassin n’a pas immédiatement suivi sa formation. En effet, à cet endroit donné de la surface mercurienne, les impacts ne sont pas très fréquents, et il a fallu attendre un certain laps de temps pour que tombent les deux bolides qui ont creusé les deux petits cratères.

On distingue clairement, dans le coin supérieur gauche de l’image, un pli faillé qui rejoint le bassin décrit ci-dessus. Le phénomène pourrait même être à l’origine de l’escarpement observé sur l’anneau interne du cratère. En haut à gauche, le rempart un cratère a fond plat a été détruit par l’avancement du pli faillé, qui est donc plus récent que le cratère estropié.

A gauche du centre, on observe des escarpements légèrement plus menus que leur grand cousin. Ceux-là sont plus vraisemblablement des fronts de coulées de lave plutôt que des plis faillés.

En bas à droite, on note la présence d’un morceau du rempart d’un cratère assez important, et ce rempart est coupé par un autre pli faillé. Ces deux formations figurent sur la troisième image : cette dernière représente donc un grossissement (accompagné d’une légère extension) du coin inférieur droit de la photographie ci-dessus.

Au total, MESSENGER a enregistré 1213 clichés de Mercure. Ils seront assemblés en sept grandes mosaïques qui nous fourniront une vision à la fois globale et détaillée de la surface mercurienne, ce dont les scientifiques pourront se servir pour compléter les cartes de Mercure et retracer son histoire.


Dernière édition par le Lun 21 Jan - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Sam 19 Jan - 18:46

L'équipe de la mission MESSENGER semble avoir trouvé un rythme de croisière dans la révélation de données encore brutes, en publiant auourd'hui deux nouvelles images de Mercure.



Cette image, malgré sa relative petite taille, occupe un statut particulier : c'est la toute première acquise après la sortie de l'ombre de Mercure et après l'approche maximale. Neuf minutes séparent la prise de cette vue et le passage à 200 kilomètres au-dessus de la surface mercurienne. On la doit à la caméra à grand champ de vision et son filtre transparent aux longueurs d'onde voisines de 750 nanomètres.

Le limbe de Mercure est ici observé sous un angle rasant. En s'éloignant de la planète, l'engin a saisi d'autres clichés de cette région sous des angles plus verticaux, tout en utilisant les dix autres de ses onze filtres colorés. La comparaison de toutes ces vues entre elles permettra de fixer quelques caractéristiques physiques du sol mercurien. Les nombreux cratères qui parsèment ce sol n'ont jamais été photographiés avant MESSENGER.



Le 14 janvier 2008, non seulement un bon quart de la surface mercurienne s'est révélé pour la toute première fois à un appareil photographique automatique, mais l'Altimètre Laser est également devenu le premier instrument à mesurer la distance entre une sonde spatiale et la planète Mercure. Un tel instrument fonctionne en émettant de brèves impulsions laser vers la surface. Ces flashes reviennent à la sonde après réflexion sur la surface, et la mesure précise du temps mis pour effectuer cet aller-retour donne la distance.

Ce graphique est un dégrossissement des données enregistrées par l'altimètre, de 600 à 1500 kilomètres d'altitude en passant par l'approche maximale à 200 kilomètres. La régularité de la courbe, dont la dimension verticale est exagérée cinq fois, prouve que l'instrument a parfaitement fonctionné. Néanmoins, un traitement plus poussé poussera la précision jusqu'à l'ordre du mètre, ce qui nous autorisera à déceler sur la courbe finale le profil des cratères et d'autres formations.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Dim 20 Jan - 23:06



De toutes les images que j'ai pu contempler de Mercure - et il n'y en a pas peu -, celle-ci est sans nul doute la plus intrigante. Au centre de l'image, un cratère anonyme de 52 kilomètres de diamètre arbore un fossé d'effondrement en forme de croissant. Jamais auparavant on n'avait vu chose semblable sur Mercure, et ce petit "C" imprimé sur le fond d'un cratère s'annonce déjà comme une découverte-phare de la mission MESSENGER. En effet, on ne dispose pour l'expliquer que l'hypothèse du volcanisme souterrain.

Ce cratère est situé dans l'hémisphère sud de Mercure, sur une portion que Mariner 10 n'a pas observé durant ses trois survols de la planète. MESSENGER s'éloignait de la planète, et une heure après l'approche maximale la sonde se trouvait à 19 300 kilomètres d'altitude lors de cette prise de vue. La région couverte fait environ 236 kilomètres de côté, et on peut y discerner des détails de moins de deux kilomètres.



Ce cliché constitue un enregistrement d'une évolution géologique complexe. Le coin inférieur gauche est occupé par un quartier d'un grand cratère d'impact, dont le plancher est barré de crêtes dessinant une sorte de Y. Les ombres portées par les falaises suggèrent qu'elles sont plutôt escarpées. La branche droite du Y, la plus importante, traverse le sol du cratère, son rempart et se prolonge même en dehors du champ de vision par le haut. Il s'agit d'un pli faillé dont la planète Mercure nous a maintenant habitués. Ces falaises aux lignes irrégulières se sont soulevées pendant une phase de contraction générale de la planète qui a accompagné son refroidissement.

Au contraire, la branche gauche du Y se limite au sol du cratère et ne va pas plus loin que le rempart. Cette formation, de même que la crête claire située directement sous elle sont certainement des "rides" telles qu'on les observe sur les grandes plaines de lave lunaires ou martiennes.

Sur la droite de la photographie, quelques cratères ne montrent plus que des contours fantomatiques. Cela prouve qu'à l'origine, des cratères en forme de bol ont été inondé et partiellement immergés par des épanchements de lave.

Prise 18 minutes après l'approche maximale et depuis 5000 kilomètres d'altitude, cette image fait 200 kilomètres de large et montre des détails aussi menus que 400 mètres.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Lun 21 Jan - 15:07



Il y a maintenant une semaine, la sonde MESSENGER croisait Mercure à 200 kilomètres, l'occasion de photographier un côté de cette planète qu'aucun vaisseau spatial n'a jamais vu. C'est ce côté que montre cette image, dans la région du pôle sud. En bas à gauche, on s'approche du terminateur, cette ligne de transition entre le jour et la nuit sur la planète. Le Soleil se lève sur cette région, en l'éclairant de manière rasante. Cela exagère le relief des cratères et autres promontoires.

Cette image n'est que l'une des 42 qui seront assemblées - comme la plupart des 1200 clichés pris par MESSENGER - en une mosaïque de moyenne résolution. Elle a été capturée une heure et 38 minutes après l'approche maximale, lorsque la sonde se trouvait à 33 000 kilomètres de Mercure.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Mar 22 Jan - 18:48



Vendredi dernier, le site de la mission MESSENGER publiait une image du croissant de Mercure tel que la sonde le voyait 80 minutes avant d'effleurer Mercure à 200 kilomètres d'altitude. Cette image était monochrome, prise derrère un filtre transparent aux longueurs d'onde proche de 750 nanomètres. C'est maintenant une vue en couleur, combinaison de trois images monochromes, qui est publiée aujourd'hui.

La caméra à grand champ est dotée de onze filtres différents, chacun permettant d'isoler une couleur bien précise. C'est un grand progrès par rapport à Mariner 10 dont les caméras vidicon ne disposaient que de trois filtres, deux dans le domaine visible et un dernier dans l'ultraviolet.

Les trois images combinées ici ont été saisies à 1000, 700 et 430 nanomètres, soit dans l'infrarouge, le rouge profond et le violet respectivement. Ces composantes ont été teintées en rouge, vert et bleu et assemblées en une seule image, celle que vous voyez ci-dessus. Les couleurs sont donc sensiblement différentes de celles qu'un humain pourrait percevoir à travers le hublot de son vaiseau spatial. Pour fixer les idées, rappelons que l'oeil humain répond aux longueurs d'onde entre 400 et 700 nanomètres environ.

Fabriquer des images en fausses couleurs permet de mieux cerner les différences de couleur parfois très subtiles sur la surface. Cela donne des indications sur le type de roche qui compose la surface, car les minéraux peuvent avoir une signature colorée bien précise. Connaître la composition du sol mercurien est absolument crucial si nous voulons élucider la manière dont la planète la plus proche du Soleil s'est formée et a évolué.



Pendant son survol de Mercure effectué la semaine dernière, MESSENGER a accompli une première dans l'exploration du Système Solaire : la prise des premiers spectres à haute résolution dans les domaines infrarouge proche, visible et ultraviolet de la surface mercurienne. L'image de gauche montre une vue de 300 kilomètres de côté de la planète sur laquelle s'imprime le tracé de la ligne de visée du Mercury Atmospheric and Surface Composition Spectrometer (MASCS), qui a accumulé plus de 650 observations. La ligne blanche couvre une soixantaine de points de prélèvements de spectres. Le segment souligné en rouge contient une vingtaine de mesures moyennées pour constituer le spectre donné en exemple sur la droite. Il montre la quantité de lumière solaire réfléchie selon la longueur d'onde. L'arc-en-ciel qui barre l'arrière-plan de haut en bas représente le domaine visible du spectre électromagnétique.

Pendant toute la durée des observations spectrométriques, c'est-à-dire dès l'émergence de l'ombre de la planète jusqu'à ce que le champ de vision de l'instrument ne contienne plus la surface, l'altitude de la sonde est passée de 1900 à 8500 kilomètres. Chaque mesure concerne une zone de un kilomètres sur cinq sur Mercure.

Les quelques coudes sur la courbe montrent quelles longueurs d'onde sont partiellement absorbées par les matériaux qui composent la surface. L'endroit et la largeur des bandes d'absorption permettent d'identifier les minéraux qui en sont à l'origine aussi sûrement qu'une empreinte digitale. Alors que Mercure est observé depuis le sol terrestre depuis bientôt quatre siècles et que Mariner 10 a photographié cette planète dans le visible et l'utraviolet, MESSENGER est le premier engin à pouvoir observer la surface mercurienne avec assez de résolution spatiale et spectrale pour en déterminer la composition minéralogique.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Mer 23 Jan - 17:52



Pendant qu'elle s'approchait de Mercure, la sonde MESSENGER a capturé ce cliché du cratère Matisse, situé sur la droite de l'image. Ce cratère décerné à l'artiste français Henri Matisse fait 210 kilomètres de diamètre. On peut le retrouver sur les images du croissant entier de Mercure, en noir et blanc et en couleurs.

Mariner 10 l'avait déjà photographié il y a trente ans (raison pour laquelle il porte déjà un nom), alors que le Soleil l'éclairait à la verticale. MESSENGER profite d'un éclairage plus rasant pour révéler des détails sur les remparts du cratère, de même qu'un joli pli faillé visible tout à gauche. Au centre de l'image s'étend une vaste plaine de lave solidifiée.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Jeu 24 Jan - 16:30



Depuis le 15 janvier et l'arrivée sur Terre des images de MESSENGER, l'équipe de la mission s'attache à les examiner avec l'intérêt le plus pointu et toute l'excitation qu'il se doit quand on sait que personne avant eux n'a jamais vu cette partie de la surface de Mercure.

Un nombreux travaux en cours comprend l'identification et le comptage des cratères d'impact. En effet, la densité en cratères ( lenombre de formations divisé par une surface donnée) peut servir d'indicateur pour évaluer l'âge de cette surface étudiée. Le simple comptage fournit un âge relatif : on peut dire que telle région est plus ancienne qu'une autre parce qu'elle est pls ravagée par les figures d'impact. Il y a moyen de remonter à l'âge absolu, exprimé en année (ou plus exactement en milliards d'années), mais il faut pour cela connaître le taux de cratérisation, en d'autres termes le rythme auquel se creusent les cratères.

En vérité, compter les cratères ne suffit pas. Leur diamètre et d'autres caractéristiques sont également porteurs d'informations. L'écueil vers lequel on aboutit rapidement est la confusion entre les petits cratères "primaires" et les cratère secondaires, ceux qui se forment en même temps que les plus gros (j'ai déjà détaillé le phénomène dans un commentaire, je crois).

Le principe est simple, mais long : les cratères sont de très loin les formations les plus répandues sur la surface mercurienne... on croirait devoir compter les brins d'herbe de tout un terrain de golf ! L'illustration ci-dessus n'est qu'une partie d'une image prise par la caméra à champ étroit ; sa longueur couvre 276 kilomètres. On y a identifié 763 cratères (cercles verts) et 189 collines (cercles jaunes).

Au total, c'est 479 clichés de haute résolution qui ont été capturés par la caméra à champ étroit, et il faudra les examiner de fond en comble, autant que ce fragment. Mettre au jour l'histoire de Mercure est à ce prix.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Ven 25 Jan - 16:52



Pendant son survol de Mercure, la sonde MESSENGER a accompli une séquence d'observations spécifique, qui consistait à photographier la même région sous des angles différents. Treize minutes après l'approche maximale, la sonde était à 3000 kilomètres d'altitude lors de cette prise de vue qui couvre un millier de kilomètres sur Mercure ; on la comparera avec cette image, publiée la semaine dernière :



Comparer des images prises sous des angles différents donne de précieuses informations sur quelques propriétés physiques du sol mercurien, en particulier sur les matériaux qui composent ce sol. En outre, chacune des deux images exposées ici (auxquelles il faut rajouter une poignée d'autres, non encore mises à la disposition du public) a été saisie derrière onze filtres différents équipant la caméra à grand champ.

Comme la précédente, l'image la plus récente représente ce que l'on voit derrière un filtre transparents aux longueurs d'onde proches de 750 nanomètres, c'est-à-dire dans le rouge profond.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Sam 26 Jan - 17:03



A 32 000 kilomètres de Mercure, 94 minutes après avoir approché la planète à 200 kilomètres le 14 janvier, MESSENGER a pris cette vue du pôle nord de la planète. Le plus intéressant est de la comparer avec l'image de la région polaire australe rendue publique il y a cinq jours. On peut constater que le terrain boréal est plus lisse et moins cratérisé que les environs du pôle sud, avec des bassins d'impact inondés et des grandes plaines de lave.

Même si les deux images des deux pôles offertes par MESSENGER montrent des régions que Mariner 10 n'a pas pu photographier, les deux missions permettent d'aboutir à la même conclusion concernant la différence de texture entre les deux régions polaires.

Sur toute la partie gauche et supérieure du cliché, le Soleil illumine la surface mercurienne suivant un angle assez rasant, ce qui amplifie l'impression de relief grâce aux longues ombres que celui-ci projette.

La moitié inférieure de la photographie est presque totalement occupée par une large plaine lisse, dont le sol se gondole par endroit de restes fantomatiques de remparts de cratères enfouis sous la lave qui s'est déversée à grands flots sur la région voilà trois milliards d'années environ. En haut à gauche, juste sur le terminateur, on aperçoit l'arène d'un bassin d'impact entouré de remparts montagneux. A droite du centre, un grand cratère à piton central s'est entouré d'une myriade de petits cratères secondaires. En bas à gauche, presque le long du bord de l'image, semble se profiler un pli faillé, qui passe d'une plaine lisse à une autre par dessus un plateau irrégulier.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Dim 27 Jan - 21:01



A mesure que l'éude des clichés à haute définition pris par MESSENGER pendant son survol de Mercure du 14 janvier continue, elle s'accompagne de la découverte de nouvelles falaises qui s'étendent parfois sur de longues distances. Cette image enregistrée par la caméra à champ étroit montre un carré de 200 kilomètres de côté sur la portion de la surface mercurienne découverte par MESSENGER.

Un pli faillé traverse la scène verticalement, sur la droite. C'est la prolongation vers le nord du pli exposé sur l'image publiée le 16 janvier.

La présence de ces longues falaises escarpées, déjà découvertes par Mariner 10 il y a presque 34 ans, est le témoin de la contraction de la planète quand son intérieur s'est refroidi. Mariner 10 n'a pu cartographier que moins de la moitié de Mercure, et avec MESSENGER, il s'agit de savoir si ces falaises parsèment toute la planète.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Lun 28 Jan - 15:44



Cette image représente une section agrandie de la publication historique du 15 janvier, qui montrait pour la première fois une partie de la surface mercurienne encore jamais photographiée par une sonde spatiale. On y discerne des détails de six kilomètres environ.

Au-dessus à gauche du centre, un petit cratère exhibe fièrement son auréole de rayons clairs. Ces ornements sont courants quand un cratère se creuse sur un objet sans atmosphère comme Mercure. Seulement, ils s'estompent avec le temps, les micro-météorites et l'irradiation du vent solaire. Une nette couronne rayonnante est donc un signe de relative jeunesse pour un cratère d'impact.

Sur tout le côté gauche, on appréciera la vue agrandie de beaux plis faillés et/ou failles chevauchantes traversant plusieurs cratères (dont un à la forme de larme très singulière) déjà discernables sur la vue globale du 15 janvier.

Cette photographie fait partie d'un ensemble de 99 éléments (neuf images prises à travers onze filtres différents) d'une mosaïque en couleur reconstituant tout le globe mercurien tel que l'apercevait MESSENGER après avoir survolé la planète. Celle-ci est située dans la colonne de gauche, rangée du milieu et capturée avec un filtre transparent aux longueurs d'onde proches de 750 nanomètres, comme la plupart des clichés présentés jusqu'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Mar 29 Jan - 15:09

La NASA organisera une conférence de presse demain à 19 heures pour annoncer les découvertes scientifiques et révéler des images inédites concernant le survol de Mercure du 14 janvier par la sonde MESSENGER.

La mission MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry, and Ranging est la première envoyée pour se mettre en orbite autour de la planète la plus proche du Soleil. Après plus de trois milliards de kilomètres parcourus dans l'espace interplanétaire, l'engin a croisé Mercure le 14 janvier ; les caméras et autres instruments ont collecté plus de 1200 photographies et effectué plusieurs observations non-photographiques. Ces donnes sont les premières à être acquises de manière rapprochée depuis le troisième et dernier survol de Mercure par Mariner 10 le 16 mars 1975.

Les intervenants de cette conférence sont :

- James Green, directeur de la Division des Sciences Planétaires au Quartier Général de la NASA ;
- Sean Solomon, responsable de la mission MESSENGER, du Département pour le Magnétisme Terrestre de la Carnegie Institution de Washington ;
- Maria Zuber, membre de l'équipe scientifique de MESSENGER, du Département des Sciences Atmosphériques, Planétaires et de la Terre au Massachusetts Institute of Technology ;
- Robert Strom, membre de l'équipe scientifique de Mariner 10 et MESSENGER, professeur émérite du Laboratoire Lunaire et Planétaire de l'Université de l'Arizona ;
- Louise Prockter, responsable scientifique de l'imagerie pour MESSENGER, du Laboratoire de Physique Appliquée de l'Université Johns Hopkins.

La conférence sera retransmise en direct sur NASA TV. Consulter http://www.nasa.gov/multimedia/nasatv/index.html.
Revenir en haut Aller en bas
Naos
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 2325
Localisation : Liège
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Mar 29 Jan - 22:07



Alors qu'elle s'éloignait de Mercure juste après son survol, la sonde MESSENGER prit des images de la planète à intervalle régulier, de quatre minutes, pendant dix-neuf heures. En tout, ce sont donc 288 photographies qui ont été prises. Ci-dessus, le panneau n'en comporte que douze, parmi les plus représentatives. En haut à gauche, nous sommes à 34 000 kilomètres de Mercure, et en bas à droite, nous en sommes éloignés de 400 000 kilomètres environ.

Cette large collection d'image sera assemblée en un film, destiné à être présenté pendant la conférence de presse de demain qu'organisera la NASA. Pour ma part, je ne serai malheureusement pas en mesure de visionner cette conférence en direct. Enfin, je suis loin de pouvoir comprendre tout ce qui va se dire, mais cela m'aurait plu de pouvoir découvrir ces nouvelles images et données en même temps que le reste du monde... Vous pouvez de toute façon compter sur moi pour vous transmettre les comptes-rendus !
Revenir en haut Aller en bas
fiossi
Satellite
Satellite


Masculin Nombre de messages : 50
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Sam 28 Mar - 19:40

Merci Naos de nous informer.
Par exemple moi je ne savait rien de ça mais avec ton information je connais mieux Mensenger et ses nouveautées. Fete1
Revenir en haut Aller en bas
Odyssée
Supernova
Supernova


Masculin Nombre de messages : 529
Age : 30
age : 24
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Mar 20 Avr - 16:50

http://messenger.jhuapl.edu/gallery/sciencePhotos/image.php?gallery_id=2&image_id=378

Image du cratère Rachmaninoff avec une résolution de 500 mètres/pixels, le nom du cratère a été approuvé par l'Union Astronomique.

Cliquer pour voir l'image en gros plan.

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=7613

L'Union Astronomique Internationale (IAU) a récemment approuvé une proposition de l'équipe scientifique de MESSENGER (MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry, and Ranging) de conférer des noms à dix cratères d'impact sur Mercure. Les cratères nouvellement nommés ont été imagés au cours des trois survols de Mercure de la mission en Janvier et Octobre 2008 et Septembre 2009.

L'IAU a été l'arbitre de la nomenclature planétaire et satellitaire depuis son commencement en 1919. En accord avec le thème de nomination établi pour les cratères sur Mercure, tous les cratères sont nommés d'après des artistes, musiciens, ou auteurs décédés célèbres.

"Tous les dispositifs nouvellement nommés figurent d'une manière primordiale dans l'analyse continue de l'histoire géologique de Mercure" indique l'investigateur principal de MESSENGER Sean Solomon (Carnegie Institution of Washington). "L'équipe scientifique de MESSENGER est heureuse que l'IAU ait répondu promptement à notre dernière demande de nouveaux noms, de sorte que les identités de ces cratères dans la littérature scientifique puissent être clairement données."




Les cratères nouvellement nommés incluent:

- Bek, nommé pour le sculpteur royal en chef (actif vers 1340 avant Jésus Christ) durant le règne du pharaon Akhenaten, un pharaon de la 18ème dynastie de l'Egypte. Bek est crédité du développement du "style Amarna".

- Copland, pour Aaron Copland (1900-1990), un compositeur américain de concert et musique de film, aussi bien qu'un pianiste accompli. Il contribua à forger un style de composition distinctement américain et est largement connu comme le doyen des compositeurs américains.

- Debussy, pour Claude Debussy (1862-1918), l'un des plus importants compositeurs français et une des figures les plus importantes travaillant dans le domaine de la musique impressionniste. Il était une figure centrale de la musique européenne à la fin du 20ème siècle.

- Dominici, pour Maria de Dominici (1645-1703), sculpteur et peintre maltais a déclaré avoir fait des figures cultes mobiles utilisées pour des défilés de rue les jours de fêtes religieuses.

- Firdousi, pour Hakim Abu'l-Qasim Firdawsi Tusi (935-1020), un poète et auteur persan vénéré du Shahnameh, l'épopée nationale du peuple persan et du monde iranien.

- Geddes, pour Wilhelmina Geddes (1887-1955), une artiste irlandaise de vitraux et membre du Arts and Crafts Movement. Son travail représente un rejet de l'approche de la fin de l'époque victorienne, et elle a créé une nouvelle vision des hommes dans les vitraux.

- Hokusai, pour Katsushika Hokusai (1760-1849), un artiste japonais et graveur de la période Edo. Il était le principal expert en matière de peinture chinoise et est plus connu comme auteur de la série de gravures sur bois, Thirty-six Views of Mount Fuji, qui inclut la gravure emblématique et internationalement reconnue, The Great Wave off Kanagawa, créée pendant les années 1820.

- Kipling, pour Rudyard Kipling (1865-1936), écrivain et poète britannique considéré comme un innovateur majeur dans l'art de l'histoire courte. Il est surtout connu pour ses oeuvres de fiction, poésies, et de nombreuses histoires courtes, y compris dans Le Livre de la Jungle (1894).

- Picasso, pour Pablo Picasso (1881-1973), un peintre espagnol, dessinateur, sculpteur et plus connu pour la co-fondation du mouvement cubiste et pour la grande variété de styles incorporées dans son travail.

- Steichen, pour Edward Steichen (1879-1973), un photographe américain, peintre, et conservateur de galerie d'art et de musée. Il était le photographe le plus fréquemment présenté dans le magazine Camera Work d'Alfred Stieglitz au cours de sa période allant 1903 à 1917.


PS : site de la sonde MESSENGER : MESSENGER
Revenir en haut Aller en bas
http://naruto-teisei.creerforums.fr/
Odyssée
Supernova
Supernova


Masculin Nombre de messages : 529
Age : 30
age : 24
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Mar 20 Avr - 16:50



Image du 16 février dernier.
Revenir en haut Aller en bas
http://naruto-teisei.creerforums.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MESSENGER transmet ses premières images de navigation   Aujourd'hui à 11:15

Revenir en haut Aller en bas
 
MESSENGER transmet ses premières images de navigation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Premières images de la découverte de Heracleion
» West USA DREAM 2012 : les premières images
» mes 2 premières images avec la 10µ
» Premières images prises par le télescope spatial Kepler
» Premières images du radiotélescope Alma : les galaxies des Antennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue dans l'univers de l'Astronomie :: Astronomie :: Les nouveautés astronomiques-
Sauter vers: